Intervention de Marie-Pierre Rixain

Séance en hémicycle du mardi 5 mars 2019 à 15h00
Questions sur la politique familiale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMarie-Pierre Rixain :

Je vous propose de revenir au commencement des inégalités entre les femmes et les hommes, si bien résumé dans cette phrase relevée par un interne en médecine : « Je n'ai pas le carnet de santé : ma femme ne l'a pas préparé. » En effet, comme l'a si bien démontré Françoise Héritier, la répartition sexuelle des tâches, qui n'a pourtant rien de naturel, perdure encore aujourd'hui : selon l'INSEE, les femmes consacrent quatre-vingt-quinze minutes par jour aux enfants en moyenne, contre quarante et une minutes pour les hommes. Ces chiffres ont évidemment pour corollaire les inégalités de revenus, de retraite et de salaires, rappelées par Muriel Pénicaud aujourd'hui.

Toutefois, ces schémas parentaux figés sont le fruit d'une série de raisonnements et de croyances qu'il nous revient, en tant que législateurs, de déconstruire. Parmi les leviers essentiels et favorables à la construction de schémas parentaux égalitaires, et dont les effets se poursuivront tout au long de la vie de l'enfant, figure la question du congé paternité, pendant du congé maternité. Le modèle français en la matière est à la traîne : il est actuellement en France d'une durée de onze jours, en plus des trois jours de congé de naissance légaux, alors que les pères canadiens bénéficient de cinq semaines de congé paternité et peuvent demander jusqu'à trente-deux semaines de congé parental. De même, les Suédois disposent de quatre-vingt-dix jours de congés rémunérés et jusqu'à 480 jours de congés parentaux payés à 80 % de leur salaire, à partager avec la mère de l'enfant. Un rapport d'évaluation mené l'année dernière par l'Inspection générale des affaires sociales, à la demande du Gouvernement, a démontré que la totalité du congé était pris en moyenne par sept pères sur dix en France. La mission d'évaluation de l'IGAS ainsi que le Haut Conseil à la famille ont proposé un allongement de sa durée à quatre semaines.

« Il nous faut croire en l'efficacité des gestes, des actes et des symboles pour parvenir au changement dans le tréfonds des esprits », nous rappelait Françoise Héritier. Je souhaite donc vous interroger, madame la secrétaire d'État, sur l'allongement du congé paternité afin d'atteindre une réelle égalité entre les femmes et les hommes.

1 commentaire :

Le 13/03/2019 à 18:14, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

"Toutefois, ces schémas parentaux figés sont le fruit d'une série de raisonnements et de croyances qu'il nous revient, en tant que législateurs, de déconstruire. "

Si les femmes s'occupent plus des enfants que les hommes, ce n'est pas en raison d'une série de raisonnements ou de croyances, mais le plus souvent en raison de leur propre volonté.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion