Intervention de Jean Lassalle

Séance en hémicycle du mardi 12 mars 2019 à 21h30
Agence nationale de la cohésion des territoires — Article 3

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean Lassalle :

C'est une blessure très grave, un véritable viol. Il ne faut pas recommencer. Je ne m'étendrai pas davantage sur ce point.

Ensuite, on a parlé tout à l'heure du poids des territoires ruraux et de la montagne. Mais ce poids, qui a été réel, n'existe plus du tout aujourd'hui. À l'heure des communautés XXL, quel est le poids du maire d'une commune de 10 000 ou de 15 000 hectares ? Il est nul ! Quant aux conseillers départementaux, si leur création a bien sûr autorisé les binômes, regardez les territoires dont ils sont chargés : on ne les voit plus, on ne peut plus les voir ! Et combien y en a-t-il de montagnards ? J'avais 15 chefs-lieux de canton montagnards ; j'en ai maintenant deux et demi.

Voyez les régions : c'est une catastrophe. C'est comme dans les communautés de communes : un peu de montagne et beaucoup de territoires, qui sont parfois même, comme chez nous, très agglomérés. Voilà pourquoi on peut parler de communautés de communes urbaines dans des territoires où il y a un habitant au kilomètre carré ! C'est l'un des éléments auxquels il faut réfléchir.

Je ne serai pas plus long, madame la présidente. Mais l'ambiance étant bonne et la ministre excellente, je voulais appeler l'attention sur ces faits.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion