Intervention de Caroline Fiat

Séance en hémicycle du lundi 18 mars 2019 à 21h30
Organisation et transformation du système de santé — Article 1er

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaCaroline Fiat :

Mes propos n'ont peut-être pas été très clairs… J'ai précisé que la loi ORE du 8 mars 2018 a donné toute liberté aux universités pour fixer leur quota d'étudiants boursiers. Certaines universités, notamment parisiennes et de médecine, ai-je dit, n'ont pas joué le jeu, fixant cyniquement le taux d'étudiants boursiers à 1 %. Je n'ai donc pas dit que le taux d'étudiants boursiers dans ces universités n'était que de 1 %, mais que celles-ci, au lieu de fixer un taux minimal à 20 %, n'ont pris aucun risque et l'ont fixé à 1 % ; d'où notre proposition de porter ce taux minimal à 33 %. Cela permettrait d'empêcher certaines universités de jouer avec la lettre de la loi, si elles étaient un jour tentées de le faire.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion