Intervention de Paul-André Colombani

Séance en hémicycle du jeudi 21 mars 2019 à 21h30
Organisation et transformation du système de santé — Article 7 sexies

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPaul-André Colombani :

Cet amendement de suppression concerne une nouvelle fausse bonne idée. Il y en a d'autres dans ce texte : nous avons déjà évoqué la coercition en matière d'installation, et effleuré le débat sur les médecins généralistes dans les zones sous-tendues qui n'assurent pas la permanence des soins.

On oblige ici le directeur de la caisse primaire d'assurance maladie à désigner un nouveau médecin traitant lorsque celui d'un patient est parti à la retraite.

C'est une fausse bonne idée pour deux raisons. D'une part, comme l'a déjà indiqué Mme la ministre, le problème administratif qu'avait entraîné le non-remboursement des soins est résolu : il existe des numéros génériques fictifs dans les CPAM. D'autre part, ce n'est pas en forçant l'entrée dans un cabinet médical que l'on construit une relation médecin-patient. Les médecins qui refusent des patients ne le font pas de gaîté de coeur, mais parce qu'ils n'en peuvent plus, qu'ils travaillent plus de 50 heures par semaine, que leur patientèle avoisine les 2 000 patients. Les forcer à accepter des patients supplémentaires, cela pourrait les mener au burn-out ou les inciter à quitter une région déjà bien fragile.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion