Intervention de Paul Christophe

Séance en hémicycle du vendredi 22 mars 2019 à 15h00
Organisation et transformation du système de santé — Article 10

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPaul Christophe :

Il ne s'est agi en aucune façon d'un choix mais d'une décision imposée.

La mutualisation peut être pertinente, par exemple pour la politique d'achats ; mais je vis moi-même les que rencontre l'hôpital maritime de Zuydcoote avec le centre hospitalier de Dunkerque : on nous a refusé des équipements, en particulier des cabines de pléthysmographie, en nous expliquant que nous n'étions pas un établissement de médecine, mais un établissement sanitaire. Or cette lecture est fausse, au regard des textes de l'ARS, et elle nous pénalise. Nous venons ainsi de perdre notre pneumologue, qui a rejoint un établissement voisin, privé à but non lucratif, qui n'est pas soumis aux mêmes règles.

Nous vivons aujourd'hui une concurrence exacerbée, qui risque de vider de sa substance notre service de soins de suite et de rééducation – SSR – en pneumologie. Or vous savez combien les pathologies pulmonaires sont importantes dans notre territoire, entre l'amiante et les autres maladies liées aux pollutions directes.

Je tenais, madame la ministre, à appeler votre attention sur cette situation.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion