⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Jimmy Pahun

Séance en hémicycle du vendredi 29 mars 2019 à 9h30
Formation du personnel des navires de pêche — Discussion générale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJimmy Pahun :

Le drame, c'est que dans ces conditions, ils n'y vont plus ! Les petits ligneurs de chez nous se bagarrent donc pour pouvoir garder le petit gilet fin, léger, qu'ils ont commencé à porter et qui a déjà sauvé plusieurs vies – vous avez rappelé, monsieur le secrétaire d'État, qu'il s'agissait d'un métier à risque.

J'ai rencontré l'autre jour, dans ma permanence un garçon qui voulait être pêcheur… Profitons-en ! Mais il ne savait pas ramender les filets – ce que, dans le temps, on apprenait à faire directement sur les bateaux. Je suis donc très heureux de voir qu'à Étel, dans ma circonscription, on vient d'ouvrir une classe de seconde polyvalente préparant aux métiers de la pêche.

Je le répète, la pêche est un métier difficile. C'est aussi un métier qui exige de prendre soin de la ressource, laquelle est primordiale. Grâce aux combats que nous menons au niveau européen, et notamment à la mise en oeuvre du rendement maximal durable, nous parvenons assez bien à gérer la ressource.

L'important échouage de marsouins que nous connaissons actuellement pose cependant problème. Nous arrivons d'autant moins à en comprendre les causes que les pêcheurs ont soin d'embarquer des observateurs et des pingers qui devraient permettre aux marsouins et aux dauphins de ne pas être pris dans les chaluts. Ces cétacés sont aussi victimes des filets dormants.

L'Europe est très importante en matière de conservation des espèces maritimes, car tout s'y décide. Je souhaite que soient prises à ce niveau des mesures encadrant la pêche du bar semblables à celles qui ont cours en France. Le bar n'ayant qu'une seule période de frai, peut-être faudrait-il encourager les pêcheurs à ne pas prendre la mer durant cette période, en mettant en avant qu'ils pourront vendre leur poisson plus cher ensuite.

La plaisance est le deuxième secteur important concerné par cette convention. L'un de mes amis, qui a participé trois fois au Vendée Globe et qui a été élève à l'École des hautes études commerciales et dans une école vétérinaire, se trouve obligé de passer les examens autorisant à amener des clients en mer ! Il me semble que l'on pourrait le faire bénéficier de validations des acquis de l'expérience. Un autre ami, qui a gagné la Route du Rhum, devra lui aussi retourner à l'école pendant deux ans.

Cette convention va peut-être aussi rendre leur reconversion plus simple. Comme vous le savez, les personnes obligées d'avoir le brevet de capitaine 200 ou celui de capitaine 500 préfèrent passer en Angleterre le Yachtmaster, beaucoup plus facile à obtenir.

Je ne pensais pas avoir un jour l'honneur de prendre la parole à cette tribune pour évoquer devant vous ce qu'a été ma jeunesse. Je le dis aux jeunes présents dans les tribunes : il y a des métiers magnifiques, et le métier de pêcheur en est un. C'est un métier dur, mais qui permet de bien gagner sa vie. S'il vous attire, n'hésitez pas à le faire !

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion