Intervention de Sabine Rubin

Réunion du mercredi 27 mars 2019 à 9h30
Commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaSabine Rubin :

Au groupe La France insoumise, nous partageons le constat que nos collègues Les Républicains ont dressé. Constat selon lequel le Président de la République a mené, depuis le début son mandat, une politique fiscale des plus injustes. On se rappelle les cadeaux fiscaux aux plus riches, qui coûtent des milliards d'euros : transformation de l'impôt sur la fortune (ISF), flat tax, crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE)… Au passage, Les Républicains eux-mêmes ne souhaitaient pas que l'ISF soit supprimé, dans leur programme. En revanche, les plus pauvres, les classes moyennes inférieures ont subi la hausse de la CSG et la désindexation des prestations sociales sur l'inflation.

Que Les Républicains soient aujourd'hui obligés de faire cette proposition de loi pour demander la réindexation des aides personnalisées au logement (APL) et des pensions de retraite devrait conduire la majorité à s'inquiéter ! C'est tout bonnement extraordinaire ! Nous pouvons proposer des cartes d'adhésion à notre parti à ceux qui le souhaitent.

Cela étant, si nous partageons le diagnostic et certaines des solutions proposées, nous refusons que ces mesures soient financées par une réduction de la dépense publique. Certes, je sais que c'est la marotte de tout le monde, désormais baptisée « solidarité entre générations ». Mais s'il faut moins de dépenses publiques, qu'allez-vous supprimer ? Comment allez-vous faire alors que vous-mêmes défendez la nécessité, et à juste titre, de maintenir des services publics de proximité sur tout le territoire, et notamment dans les campagnes ? À moins que vous n'ayez décidé de ne plus faire vos fameux cadeaux aux riches ? Cela rééquilibrerait tout.

En outre, on nous dit que le pouvoir d'achat a augmenté mais il faudrait vérifier quels déciles de la population sont concernés. Le pouvoir d'achat ne s'est pas amélioré pour tout le monde. Seules les mesures obtenues en ce début d'année, grâce aux « gilets jaunes » ont permis des avancées. Et on en voit l'incidence sur la croissance, comme quoi il peut être intéressant de booster le pouvoir d'achat.

Les « gilets jaunes », ne veulent pas moins d'impôts ou moins de dépenses publiques, mais plus de justice fiscale ! C'est un concept que vous avez du mal à imaginer : ils veulent des impôts mieux répartis ! Que les plus riches payent plus et que les plus pauvres payent moins.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion