Intervention de Yannick Favennec Becot

Séance en hémicycle du mercredi 3 avril 2019 à 15h00
Débat sur la démocratie et la citoyenneté

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaYannick Favennec Becot :

Les députés du groupe Libertés et territoires considèrent, au contraire, que l'Assemblée nationale a besoin de députés forts de leur expérience, de leur ancrage local, de leur connaissance de la vie économique, sociale et culturelle et de leur attachement à leur circonscription, à leur département et à leur région.

C'est ce supplément d'âme qui donne toute sa légitimité à notre assemblée. C'est cette fine connaissance des territoires, des entreprises ou des associations, qui fait de nous des législateurs efficaces, capables d'améliorer le quotidien des Français, de relayer leurs préoccupations et de porter leurs espérances.

Alors que le principe, inscrit dans la Constitution, de « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple », implique que les représentants de celui-ci soient au plus près de leurs concitoyens, afin d'être le prolongement de chacun d'entre eux à l'Assemblée nationale, qu'en sera-t-il, demain, avec la diminution du nombre de parlementaires que votre gouvernement projette et, donc, avec l'élargissement des circonscriptions ?

La diminution du nombre de parlementaires portera atteinte aux territoires ruraux qui seront sous-représentés à l'Assemblée nationale par rapport aux territoires urbains. Elle portera également atteinte à la nécessaire proximité que chacun de nous doit pratiquer pour élaborer et adopter des lois justes et efficaces. Dans la circonscription de la Mayenne dont je suis élu, il y a 100 communes. Parce que j'ai à coeur d'être au plus près du terrain, je me rends dans chacune d'elle. Mais lorsque de trois députés, mon département passera à deux, voire à un, je ne vois pas comment cette proximité pourrait perdurer dans une circonscription élargie.

1 commentaire :

Le 09/04/2019 à 15:40, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

"qu'en sera-t-il, demain, avec la diminution du nombre de parlementaires que votre gouvernement projette et, donc, avec l'élargissement des circonscriptions ?"

C'est une conséquence de la désertification rurale, que le pouvoir ne souhaite pas du tout endiguer : il joue perdant. Plutôt que de penser à repeupler les petites circonscriptions dépeuplées, il va les fondre dans d'autres circonscriptions plus vastes. Des loosers, au pouvoir.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion