Intervention de Nicole Belloubet

Séance en hémicycle du mercredi 3 avril 2019 à 15h00
Débat sur la démocratie et la citoyenneté

Nicole Belloubet, garde des sceaux, ministre de la justice :

Il suppose aussi une capacité à donner de son temps et de son énergie pour les autres. On voit que le grand débat aura précisément été un moment de réflexion sur ce que doit être l'engagement civique, qu'il passe par la vie associative, si importante dans notre pays, ou par d'autres voies, dont celle des corps intermédiaires. En ce domaine, la jeunesse, vers laquelle nous avons souhaité nous tourner lors de ce grand débat, a des leçons à nous donner : son imagination et son énergie ne sont jamais prises en défaut quand il s'agit de relever les défis qui sont devant nous – je pense en particulier à la transition écologique.

Si nos concitoyens ont parlé de la démocratie et de la République, c'est finalement pour parler plus simplement de la France, ce pays auquel ils croient, auquel nous croyons tous, même lorsque nous sommes collectivement confrontés au doute. La séance de cet après-midi le démontre amplement, s'il en était encore besoin.

Ce grand débat aura été l'occasion d'exprimer des valeurs communes. Les uns et les autres, vous en avez retenu plusieurs. « Être citoyen, c'est d'abord et avant tout partager des valeurs », avez-vous dit, madame Lazaar, scandant ainsi notre espérance de « refaire France ».

Ce qui nous est commun est bien plus important que ce qui nous divise. Dans les débats qui se sont déroulés pendant plusieurs semaines, les Français ont su confronter leurs idées, échanger des points de vue, sans toujours s'accorder, mais en respectant une forme de civilité démocratique. Cette mesure dans la manière de dialoguer, qui n'excluait pas parfois une certaine vivacité, contrastait avec la violence verbale et même physique dont nous avons été témoins ces derniers temps.

Parmi ces valeurs communes figure la laïcité. Les principes de la loi de 1905 constituent un socle auquel nous sommes très attachés. Il n'est pas question de toucher aux fondements de cette loi, mais, en l'adaptant aux défis d'aujourd'hui, nous pourrions peut-être en conforter les principes, pour assurer une meilleure transparence et un meilleur respect de l'ordre public.

Parmi nos valeurs figurent également la fraternité et l'intégration. La France s'est toujours agrégée autour d'un multiculturalisme séculaire ; le nier, c'est ne pas comprendre notre histoire.

2 commentaires :

Le 09/04/2019 à 22:01, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

" La France s'est toujours agrégée autour d'un multiculturalisme séculaire ; le nier, c'est ne pas comprendre notre histoire."

N'importe quoi, la France s'est toujours développée dans le monoculturalisme, c'est historiquement prouvé.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Le 19/08/2019 à 22:25, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Regardez les efforts de la République, celle qui prêche la soit-disant l'égalité, pour imposer la langue française dans les provinces non francophones, comme en Alsace, en Bretagne, en Corse, ou encore les efforts pour convertir ou expulser les protestants français sous Louis 14, alors, qui est-ce qui ne comprend pas l"histoire, Mme Belloubet ?

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion