Intervention de Alexis Corbière

Séance en hémicycle du jeudi 11 avril 2019 à 9h30
Croissance et transformation des entreprises — Motion de rejet préalable

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAlexis Corbière :

Votre volonté farouche de vendre les biens de la nation ne s'arrête pas à Engie. J'aborderai donc maintenant le cas de La Française des jeux, qui n'est pas si anecdotique qu'il y paraît. L'État est actuellement actionnaire à 72 % de cette entreprise. Ce projet de loi vous autorise à la privatiser par ordonnance – la méthode n'est pas sans importance, puisque cela revient à refuser la transparence totale au Parlement. Le Gouvernement nous demande finalement un chèque en blanc pour négocier cette privatisation dans l'obscurité ; nous nous interrogeons sur cette méthode. Aucune étude d'impact n'a vraiment été réalisée : le Gouvernement et la majorité ne s'intéressent manifestement pas aux conditions ni aux conséquences potentielles de cette privatisation.

1 commentaire :

Le 12/04/2019 à 20:08, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

" J'aborderai donc maintenant le cas de La Française des jeux, qui n'est pas si anecdotique qu'il y paraît. L'État est actuellement actionnaire à 72 % de cette entreprise."

Je suis contre les jeux d'argent, cela détourne les citoyens du travail que le pouvoir, dans son immense hypocrisie et mépris du peuple, prétend défendre et valoriser.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion