Intervention de Claire O'Petit

Séance en hémicycle du mardi 30 avril 2019 à 15h00
Questions au gouvernement — Violences conjugales faites aux hommes

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaClaire O'Petit :

Madame la garde des sceaux, ministre de la justice, vous le savez et les Français commencent à le savoir : en France, selon les chiffres du ministère de l'intérieur, une femme meurt tous les deux jours sous les coups d'un homme. En 2017, vous avez lancé le cinquième plan de mobilisation et de lutte contre les violences faites aux femmes, qui traduit votre engagement sans relâche dans ce domaine. La représentation nationale et les femmes vous en sont reconnaissantes.

Pour autant, les rôles peuvent s'inverser et le cas des hommes battus ou maltraités n'est pas si exceptionnel. Dans plus d'un quart des affaires de violences conjugales, l'homme est une victime. Ainsi, un homme meurt tous les treize jours sous les coups d'une femme. Ces crimes sont commis à domicile, sans préméditation, souvent à l'arme blanche. La femme devient le bourreau et l'homme, la victime. Mais les victimes sont aussi les enfants qui subissent cette maltraitance dans le cercle familial, que l'auteur soit le père ou la mère.

Alors qu'il est déjà très difficile pour une femme de franchir la porte d'un commissariat, imaginez ce que cela peut-être pour un homme, compte tenu des préjugés persistants dans notre société. Madame la ministre, comment comptez-vous briser le tabou des hommes battus et rendre visible ce phénomène ?

2 commentaires :

Le 11/05/2019 à 09:04, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

"Ainsi, un homme meurt tous les treize jours sous les coups d'une femme."

Pas facile tous les jours d'être un homme...

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Le 25/05/2019 à 14:30, Matthieu Bourdet a dit :

Avatar par défaut

Je salue chaleureusement le courage de cette députée qui ose dénoncer ce phénomène tabou. En s'exposant ainsi au risque d'opprobre, elle oeuvre pourtant bel et bien pour renforcer la marche vers l'égalité hommes/femmes.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion