Intervention de Régine Hatchondo

Réunion du mardi 19 mars 2019 à 17h00
Commission des affaires étrangères

Régine Hatchondo, vice-présidente d'Arte GEIE et directrice générale d'Arte France :

Le premier projet est en train de devenir une réalité depuis une dizaine de jours : nous avons créé sur Arte.tv un média éphémère en vue des élections européennes, Europe 2019. Quatre courts posts sur l'Europe sont diffusés chaque jour : aujourd'hui, nous évoquons par exemple le président de la Chambre des communes et le Brexit, le respect de l'État de droit et analysons les pics de bonheur en Europe – c'est la Journée du bonheur demain. Ces modules de trois à quatre minutes sont volontairement courts pour accrocher les jeunes. Nous décrivons le fonctionnement de l'Europe de façon didactique et simple. Nous diffusons de courtes séries documentaires sur la sortie du charbon, le droit d'auteur, les paysans en Croatie, etc. Nous essayons de couvrir tout l'univers européen.

Nous donnons aussi la parole aux citoyens européens, qui sont interrogés quatre fois par jour : nous dressons leur portrait, ils s'expriment sur leur métier et leur manière de vivre.

Avant les élections européennes, nous allons également diffuser sur notre site, mais aussi à l'antenne, Eden, une série originale coproduite par une dizaine de chaînes européennes, coécrite par un auteur français et un auteur allemand et réalisée par Dominique Moll. Elle a été sélectionnée au Festival Séries Mania à Lille qui en fera une projection intégrale. Nous prévoyons également de diffuser à l'antenne et sur le site des documentaires : sur Erasmus dix ans après, sur le Brexit, sur les institutions européennes et la vie des députés européens depuis cinq ans.

Nous allons communiquer autour d'Europe 2019 d'ici une dizaine de jours.

Nous développons parallèlement un deuxième projet : une plateforme européenne intégrant notamment les programmes d'Arte en six langues. Cela représente quatre cents heures de programmes coproduits, sans cesse renouvelés. Nous sommes partis de notre expérience dans ces six langues depuis deux ans, qui nous permet de commencer à mesurer les goûts des Polonais, des Italiens, des Espagnols et des Anglais.

Nous avons proposé aux chaînes allemandes ZDF et à ARD – les actionnaires d'Arte Deutschland – et à l'un de nos actionnaires français – France Télévisions – de créer un groupe de travail qui doit se réunir fin mars pour commencer à dessiner les contours de cette plateforme européenne qui diffuserait d'abord du documentaire et, à terme pourquoi pas, des fictions et des séries.

Nous n'avons pas vocation à devenir un Netflix européen – nous n'avons pas des milliards à perdre, contrairement à Netflix – mais plutôt une plateforme similaire à Molotov, qui fonctionne bien en France. Nous pourrions devenir le « Molotov européen » à destination de tous les citoyens européens, héberger les chaînes publiques européennes et, grâce à un très bon algorithme, retrouver facilement les programmes que l'on recherche.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion