⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Yves Giraud

Réunion du jeudi 4 avril 2019 à 9h15
Mission d'information relative aux freins à la transition énergétique

Yves Giraud, directeur d'EDF Hydro :

Madame la présidente, mesdames et messieurs les députés, je vous remercie de votre invitation à cette audition de la mission d'information et, en tant que directeur d'EDF Hydro, je suis à la fois ravi et honoré de vous parler de cette énergie qu'est l'hydraulique. Curieusement, en France, cette énergie est souvent la belle oubliée des débats portant sur la transition énergétique. C'est bien dommage car, comme l'a dit M. le président Jean-Louis Bal, l'hydraulique est la première des énergies renouvelables en termes de production d'électricité, en France et dans le monde. Elle représente en effet près des deux tiers de la production d'EnR, le tiers restant étant composé d'éolien, de biomasse et de solaire.

En 2018, elle a produit 63 térawattheures (TWh), soit 13,4 % de la consommation. L'hydraulique est ainsi en France, non seulement la première des énergies nouvelles, mais aussi la deuxième source de production d'électricité après le nucléaire, et elle joue un rôle essentiel à la pointe. En effet, un lac de barrage n'est pas seulement une gigantesque retenue d'eau, mais aussi une gigantesque retenue d'énergie – puisqu'avec l'eau, nous faisons de l'énergie. Je précise que c'est de l'énergie à la demande : par exemple, près de Grenoble, dans l'Isère, il suffit d'ouvrir les robinets de Grand'Maison pour disposer quasi instantanément d'une puissance de 1,8 GW sur le réseau, c'est-à-dire l'équivalent de deux réacteurs nucléaires.

La puissance totale hydraulique installée est de 25,5 GW, c'est-à-dire 40 % de la puissance nucléaire, ce qui n'est pas rien. Comme M. le président du SER l'a dit, ce n'est pas une énergie renouvelable comme les autres, car elle est flexible et stockable et permet ainsi l'intégration des autres énergies renouvelables dites variables.

Je veux insister sur le fait que le secteur de l'hydraulique fait intervenir de nombreux acteurs – parmi lesquels EDF, qui réalise 66 % de la production d'électricité, mais il y en a beaucoup d'autres –, pour un total de près de 21 000 emplois directs et indirects en France. Sur ce point, je renvoie au Livre blanc de l'hydroélectricité élaboré par la profession, ainsi qu'au cahier d'acteur du SER et de France Hydro Électricité. C'est une filière industrielle française d'excellence, dynamique, innovante, sans parler du rôle essentiel – a fortiori en ces temps de changement climatique – que joue cette filière dans la gestion de l'eau.

Il y a cependant une autre raison de remettre l'hydraulique au coeur de la transition énergétique, à savoir son potentiel de développement. Sans reprendre les chiffres cités par Jean-Louis Bal, je veux insister sur le fait qu'il y a, contrairement aux idées reçues, un vrai potentiel de développement de l'hydroélectricité en France. Il nous faut donc rapidement libérer ce potentiel, notamment en raison de l'enjeu que représentent les milliers d'emplois correspondants dans des territoires souvent ruraux ou de montagne.

Pour ce faire, je propose d'actionner trois leviers qui permettront de débloquer les freins à la transition énergétique. Le premier est celui des appels d'offres pour de nouveaux aménagements, le deuxième est celui des améliorations sur les aménagements existants, afin d'en tirer plus d'énergie et plus de puissance, et le troisième, prévu par la loi, consisterait en la prolongation de quelques concessions en contrepartie d'investissements, ce qui permettrait également de tirer plus d'énergie et de puissance des installations existantes.

Pour ce qui est des appels d'offres pour de nouveaux aménagements, il y en a eu pour la petite hydraulique sous forme d'autorisations, qu'il faut évidemment poursuivre, mais nous attendons d'autres appels d'offres pour des aménagements de plus grande puissance, sous la forme de concessions. Si l'État a estimé lui-même en 2013 qu'il existait un potentiel de 1,2 GW d'hydroélectricité neuve – dans le respect des classements des cours d'eau – aucun appel d'offres de ce type n'a été lancé pour le moment, alors qu'une quarantaine de sites avaient été identifiés par l'État.

Comme l'a dit Jean-Louis Bal, il faut lancer des appels d'offres pour le développement du stockage de l'électricité, qui représente aujourd'hui en France 5 GW d'hydroélectricité sous forme de STEP. Il y a en la matière des possibilités quasi infinies de développement en termes de puissance : il suffit d'avoir un réservoir en amont et un réservoir en aval, et de placer une STEP entre les deux !

Le deuxième levier, celui des améliorations sur les aménagements existants, est difficilement actionnable, pour des raisons qui paraissent aberrantes. Nous avons la possibilité d'augmenter la puissance et l'énergie de certains aménagements sans conséquences environnementales, sans modifier le barrage existant, en construisant simplement un nouveau groupe, comme nous le faisons actuellement à La Coche, en Savoie, où nous avons apporté un groupe de 240 MW sur un aménagement existant, ce qui produit l'équivalent en énergie supplémentaire de la consommation de 40 000 habitants – il suffit parfois même de changer les roues, comme nous le faisons à La Bâthie, en Savoie, pour obtenir un considérable gain en termes d'énergie produite.

L'augmentation de puissance obtenue par ce type d'améliorations peut aller jusqu'à 20 % en puissance ou en énergie – cela a notamment été le cas à la suite de l'entrée en vigueur de la loi de programmation fixant les orientations de la politique énergétique (POPE) de 2005.

Pour réaliser ce type d'opérations, nous ne demandons aucun soutien public, pas même une prolongation de concession : tout ce qu'il nous faut, c'est une autorisation. Or, il se trouve qu'à l'heure actuelle, cette autorisation est extrêmement difficile, voire impossible à obtenir, car l'amélioration d'un ouvrage existant est considérée comme une modification substantielle du contrat de concession, équivalant à la fin du contrat… C'est vraiment une histoire de fous !

Le troisième levier est celui consistant en la prolongation de certaines concessions. Alors que les démarches liées aux appels d'offres prennent beaucoup de temps, dans un certain nombre de cas, nous pourrions obtenir très rapidement des augmentations d'énergie et de puissance sur des concessions existantes, grâce aux prolongations de concession prévues par la loi. Nous souhaitons que ce dispositif puisse être mis en oeuvre, en particulier pour permettre à notre projet dans la vallée de la Truyère d'aboutir. Ce magnifique projet, qui procurerait des gains importants en termes de flexibilité et de stockage, mais aussi en termes d'emploi, y compris dans les départements voisins – en particulier l'Aveyron –, est aujourd'hui bloqué par des discussions avec la Commission européenne.

J'aurais pu parler de la fiscalité et de bien d'autres choses, mais j'en laisse le soin à mes collègues. En conclusion, je dirai qu'à l'heure où l'hydraulique se développe et où les STEP fleurissent un peu partout dans le monde – il suffit de traverser les Alpes pour voir le soutien extraordinaire dont bénéficie la petite hydraulique en Italie –, il serait incompréhensible que, dans une France comptant cinq grands fleuves, sept massifs montagneux et des milliers de rivières, on ne puisse pas exploiter davantage l'hydraulique, qui représente 17 % de la production d'électricité dans le monde et constitue la troisième source d'énergie électrique après le charbon et le gaz. À mon sens, nous sommes tout à fait capables d'en faire autant en France, et donc d'atteindre une production d'électricité hydraulique représentant 15 % à 17 % de la production totale – tout cela en respectant l'environnement, bien entendu.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion