Intervention de Constance Le Grip

Séance en hémicycle du vendredi 10 mai 2019 à 21h30
Restauration de notre-dame de paris — Article 8

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaConstance Le Grip :

Nous vous avons bien entendu, monsieur le ministre. Donc, à l'heure où nous parlons, ce soir, vendredi 10 mai, à quelque 22 heures, dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale, vous nous dites qu'aucune décision n'a encore été prise sur la question de savoir si la maîtrise d'ouvrage serait confiée de manière classique, soit directement au ministère soit par une autre procédure à tel ou tel établissement public existant, exerçant traditionnellement, et d'ailleurs excellemment, des maîtrises d'ouvrage, ou si, en tant que de besoin, pourrait se faire jour le souhait de décider par ordonnance la création d'un nouvel établissement public. Comprenez que tout cela ne soit pas de nature à éclairer le paysage, ni à nous rassurer.

Par ailleurs, la presse s'en fait abondamment écho, le général Georgelin s'est déjà installé ; il consulte, organise des réunions, auditionne, s'exprime, dispose déjà de moyens, dans une espèce de vide juridique dont je comprends qu'il est susceptible de se prolonger jusqu'à ce que le chef de l'État ou une autre instance décide de l'opportunité de créer l'établissement ad hoc qui serait confié au général Georgelin.

Tout cela dit bien le flou dans lequel nous nous trouvons et n'augure pas très bien de la suite de nos travaux. En tout cas, cela nous conforte plutôt dans l'idée que, pour certaines dispositions du présent projet de loi – je ne parle pas des dispositions fiscales ou de celles créant la souscription nationale – , il y a bien précipitation et approximation.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion