⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Clémentine Autain

Séance en hémicycle du jeudi 23 mai 2019 à 15h00
Accord france-autorité européenne des marchés financiers relatif à son siège et à ses privilèges — Discussion générale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaClémentine Autain :

Nous sommes, mes chers collègues, dans un bolide dont nous n'avons plus du tout la maîtrise. L'avons-nous jamais eue ? Je ne le crois pas. Alors que la financiarisation de l'économie dessine un monde où les entreprises et les vies humaines ne sont que des jetons dans une partie de poker menteur, alors que tout nous invite à lutter contre cette déconnexion qui déshumanise et porte en germe la destruction de l'intérêt général et de l'environnement, le système européen de surveillance financière est loin d'être le couteau le plus affûté du tiroir. Qui peut décemment penser aujourd'hui que nous pouvons « en même temps » – pour reprendre votre expression fétiche – défendre notre écosystème, promouvoir la transition énergétique et développer l'emploi industriel tout en maintenant des pratiques telles que le trading à haute fréquence ou la spéculation sur les matières premières ? C'est ce choix, avant tout, qui doit orienter notre politique européenne. Les biens communs ou la finance, la liberté pour tous ou celle des marchés financiers : visiblement vous avez choisi, et vous vous entêtez dans ce choix – mais nous aussi, nous avons choisi : nous avons choisi l'avenir, les communs, la vie et la liberté.

1 commentaire :

Le 28/05/2019 à 06:54, Sébastien Peyronet a dit :

Avatar par défaut

Le trading à haute fréquence et la spéculation sur les matières premières sont deux exemples d'activités en dehors de l'Economie Réelle. La responsabilité de nos représentants politiques est de qualifier les activités qui appartiennent à l'Economie Réelle : celles qui crééent de l'emploi, qui crééent de la croissance ou qui participent à la sauvegarde de la biodiversité, du climat ou de l'intérêt général de la planète et celles qui sont en dehors de l'Economie Réelle : celles qui font de l'argent à partir de l'argent, celles qui ne créent de la valeur que virtuellement. Cette distinction doit permettre de fiscaliser correctement les activités au-delà des frontières pour protéger la planète et ses citoyens. Cette distinction doit être inscrite dans la constitution européenne sous le chapitre Justice.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion