Intervention de Stéphanie Rist

Réunion du mercredi 29 mai 2019 à 16h15
Commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaStéphanie Rist :

Le champ de la mission Santé du budget général est assez limité, puisque les financements de politique de santé sont intégrés, pour leur majorité, dans le PLFSS. Cette mission Santé, dans les crédits que nous avons votés, s'élève à 1,34 milliard d'euros, en augmentation de 7 % par rapport à 2017. L'AME représente près des deux tiers des dépenses. Le groupe La République en Marche tenait à souligner les actions et les engagements qui répondent à des objectifs humanitaires et sanitaires forts. L'un des enjeux est de faire remonter des informations sur les bénéficiaires de l'AME, afin d'améliorer les prévisions et de garantir une prise en charge de qualité.

D'autre part, les crédits votés au programme 204 relatif à la prévention, à la sécurité sanitaire et à l'offre de soins sont relativement stables. Comme vous l'avez rappelé, les actions de prévention sont financées par diverses modalités et ne se limitent pas à ce programme – crédits des FIR, du fonds de lutte contre les addictions. Les actions sont menées selon une vision transversale et non cloisonnée. Le groupe La République en Marche reconnaît l'engagement fort du Gouvernement dans la politique de prévention, notamment avec le plan « Priorité prévention », qui se veut large et transversal et qui place cet enjeu au centre des politiques sociales publiques menées par l'État. À ce titre, l'exemple du service sanitaire lancé à la rentrée 2018 est emblématique. Les premiers retours d'expérience sur ce dispositif seront précieux.

Par ailleurs, l'un des enjeux de notre politique de santé qui doit se retrouver dans les budgets est de coordonner et de soutenir les efforts pour développer des interactions et interroger les liens entre les responsables des politiques de santé aux niveaux régional et national, afin d'avoir des résultats au plus près du terrain et d'offrir aux acteurs des territoires une agilité nécessaire pour poursuivre ces objectifs. Madame la ministre, comment le déploiement des budgets s'articule-t-il entre les différents échelons ?

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion