Intervention de Jean-Paul Lecoq

Séance en hémicycle du vendredi 14 juin 2019 à 15h00
Mobilités — Après l'article 34 bis

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Paul Lecoq :

De toute manière, sur les questions portuaires, il faut savoir qu'au Havre, nous avons tendance à défendre tous ensemble notre port et ce, depuis des décennies.

Madame la ministre, je ne comprends pas pourquoi vous nous demandez une habilitation à légiférer par ordonnance.

Je le dis comme Agnès Firmin Le Bodo, bien que je n'en tire pas les mêmes conclusions : la réussite du partenariat, ou de la fusion, est un enjeu national. Nous avons soutenu HAROPA à ses débuts ; nous sommes maintenant attentifs à la forme que va prendre le nouvel établissement, à sa dynamique et au rôle que chacun va y jouer, à Paris comme à Rouen et au Havre. Je l'ai dit à Mme Rivoallon, puisque vous l'avez citée, dans le cadre de la concertation : il faut agir avec prudence. Nous avons encore besoin de nous parler. Jusqu'à présent, le processus se déroule de manière très correcte ; je crains qu'on ne le brusque en allant trop vite.

Vous le savez, notre pays souffre d'une quasi-allergie aux ordonnances depuis la loi travail. Peut-être n'est-il pas indispensable d'en passer par cette voie ; peut-être peut-on réserver un moment du calendrier parlementaire à l'enjeu national que constitue l'évolution de nos ports.

Cet enjeu avait d'ailleurs suscité deux grands projets, l'un concernant Le Havre, l'autre, Marseille. C'est du premier que nous discutons, peut-être parce qu'il est plus avancé.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion