Intervention de Christophe Bouillon

Séance en hémicycle du vendredi 14 juin 2019 à 15h00
Mobilités — Après l'article 34 bis

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaChristophe Bouillon :

Le groupe Socialistes et apparentés votera l'amendement.

Je suis d'accord avec Jean-Marie Sermier et Jean-Paul Lecoq : il est toujours délicat pour nous d'accepter le recours aux ordonnances.

Quoi qu'il en soit, il est exact qu'il est urgent de permettre à notre pays, qui a la chance d'avoir une façade maritime dotée de grands ports, de se comparer au reste du range Nord en le dotant des moyens nécessaires pour cela. Je salue bien évidemment le travail de concertation et d'expertise accompli par celle que vous avez choisie, madame la ministre, pour mener la préfiguration.

Élu dans une circonscription couvrant une partie de la région rouennaise et une grande partie de la vallée de la Seine, il est bien naturel que je joigne mes commentaires à ceux des deux députés du Havre qui se sont longuement exprimés. Nous pourrions d'ailleurs constituer tous les trois une amicale ou un club parlementaire HAROPA pour encourager la démarche.

Celle-ci le montre bien, un résultat comme celui auquel nous sommes parvenus nécessite toujours des étapes préalables, qu'il ne faut jamais oublier. Je n'oublierai donc pas, car il faut rendre à chacun ce qui lui revient, les annonces faites au Havre en 2009 – sous un autre Président, au cours d'une autre législature. Il s'agissait alors de lancer le projet du Grand Paris et de l'axe Seine dans sa dimension à la fois économique et de transport.

L'entreprise a été poursuivie, vous le savez, madame la ministre, par le travail confié, lors de la dernière législature, à Valérie Fourneyron et Charles Revet : un travail transpartisan et commun aux deux assemblées, comme cela a été fait pour d'autres axes desservant les régions de Dunkerque ou de Marseille. Leur intéressant rapport a été fructueux en recommandations. Je ne suis donc pas surpris que vous ayez fait appel, au côté de Mme Rivoallon, à Valérie Fourneyron, dont chacun connaît l'expertise, l'expérience et la grande implication dans le dossier – elle siège depuis plusieurs années au sein des instances dirigeantes du grand port maritime de Rouen.

Le moment que nous vivons résulte de ces étapes indispensables. Il y a quelques années encore, l'idée de faire travailler ensemble le port du Havre et celui de Rouen était un pari audacieux. S'il a été remporté, c'est parce que les membres de la communauté portuaire ont fait un grand pas – c'était essentiel – , que ceux de la communauté politique, quelle que soit leur sensibilité, ont voulu accompagner la démarche, et aussi grâce aux engagements pris – je songe notamment à la fameuse chatière, qui a fait couler beaucoup d'encre pendant plusieurs années, et à propos de laquelle le combat n'est d'ailleurs pas encore tout à fait gagné. Des inquiétudes se sont aussi exprimées de longue date – vous en avez parlé – concernant le canal Seine-Nord Europe.

Bref, c'est grâce aux décisions prises auparavant que nous parvenons aujourd'hui à ce qui n'est pas un aboutissement, mais une nouvelle étape.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion