Intervention de Mathilde Panot

Séance en hémicycle du vendredi 14 juin 2019 à 15h00
Mobilités — Après l'article 37 bis b

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMathilde Panot :

Madame la ministre, l'action que nous avons menée le 22 mai à Marseille ne vous a certainement pas échappé. Elle visait à vous interpeller sur la question de la pollution maritime touchant les habitants des villes côtières, et dont les Marseillais des quartiers nord souffrent tout particulièrement.

Une étude de France Nature Environnement a en effet montré qu'en 2016, dans certains quartiers de Marseille, l'air était jusqu'à vingt fois plus pollué que dans le reste de la ville. Le sujet est donc extrêmement sérieux, et rejoint les enjeux environnementaux et de santé que j'évoquais à l'instant.

En effet, en faisant circuler les marchandises entre différents points du globe, en poursuivant « le grand déménagement du monde », nous ne sommes pas à la hauteur de l'enjeu écologique, qui exige de relocaliser la production et la consommation. Et s'agissant de la santé, les dernières études parues cette année indiquent que la pollution de l'air maritime en Europe est la cause de 60 000 morts prématurées. Parallèlement, les médecins alertent sur l'augmentation des cas de cancers et d'asthme sévère chez les enfants.

Cet amendement vise donc à mettre fin à la niche fiscale relative au carburant maritime. Maintenant, il faut agir. Il est insupportable que le carburant maritime continue de faire des victimes.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion