⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Élisabeth Toutut-Picard

Réunion du mercredi 5 juin 2019 à 9h30
Commission des affaires sociales

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaÉlisabeth Toutut-Picard :

Ma question s'adresse plus particulièrement à Madame Bellin. Je voulais vous interroger, Madame, sur le processus d'irradiation des aliments, ces techniques qui consistent à exposer des denrées alimentaires aux rayons gamma d'une source radioactive pour éliminer les insectes et les autres organismes susceptibles de se développer dans certains fruits et légumes. Ma question porte plus précisément sur l'étiquetage. En France, toute denrée qui est exposée au processus d'irradiation doit théoriquement porter une mention qui le précise expressément. Or, en pratique, cette signalétique n'apparaît quasiment jamais aux consommateurs, dans la mesure où les ingrédients irradiés sont soit incorporés dans des plats préparés, soient mélangés à d'autres non irradiés. De surcroît, lorsque le produit est importé, nous n'avons parfois pas l'information ou les outils nécessaires pour contrôler si l'aliment est ionisé ou non. J'ajoute d'ailleurs que le symbole international qui indique qu'un aliment est traité par irradiation est un logo vert avec une fleur, ce qui renvoie plutôt logiquement, dans l'esprit du consommateur, à un procédé naturel. Ne pensez-vous donc pas qu'il faille aller vers une signalisation plus explicite, et donc vers une réglementation accrue, afin de signaler de manière plus évidente au consommateur qu'une denrée alimentaire a subi un tel traitement ? Merci.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion