Intervention de Agnès Firmin Le Bodo

Séance en hémicycle du jeudi 26 septembre 2019 à 15h00
Bioéthique — Article 1er

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAgnès Firmin Le Bodo, Présidente de la commission spéciale :

Or on sait bien les difficultés dont font état tous les enfants privés de père ou de mère suite à un décès : même si ces orphelins savent qu'ils ont été conçus par un acte d'amour, ils ont toujours un manque et le sentiment d'être différents des autres.

Enfin, la décision de la femme de poursuivre le projet parental interrompu par le décès de son conjoint est-elle toujours véritablement libre et éclairée alors qu'elle intervient en période de deuil ? En aucun cas il ne s'agit de se défier de son choix, mais son état de vulnérabilité à ce moment peut la rendre notamment particulièrement sensible aux pressions familiales, amicales voire sociales. Cette volonté de procréer au-delà de la mort risquerait d'être dictée par un désir illusoire de voir survivre le conjoint à travers l'enfant et ne ferait qu'enfermer la femme dans son deuil et son passé, et peut-être que lui interdire de penser à son avenir.

Mes chers collègues, avec humilité et avec conscience, je voterai contre ces amendements.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion