⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions,
les propositions de loi, les rapports et les votes ne peuvent plus être intégrés pour certains depuis plusieurs mois.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Ramlati Ali

Séance en hémicycle du lundi 7 octobre 2019 à 16h00
Déclaration du gouvernement suivie d'un débat sur la politique migratoire de la france et de l'europe

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaRamlati Ali :

Nous sommes réunis pour débattre de la politique migratoire de la France et de l'Europe – un débat salutaire et indispensable tant la question des migrations et de leur gestion est au coeur de l'agenda politique national et européen et concerne la vie de tous nos concitoyens ; un sujet sensible émaillé d'amalgames et de contre-vérités ; un sujet qu'il ne faudrait pas réduire à des clichés, à des caricatures, ni à une vision binaire, manichéenne.

La politique migratoire doit être appréhendée dans sa globalité et toute sa complexité et non pas seulement à travers un prisme sécuritaire et répressif. Les migrations posent des questions en matière économique, sociale et culturelle. Le développement des migrations est un fait. Il n'est pas nouveau. La question est de savoir comment gérer les flux migratoires. Quelles sociétés voulons-nous bâtir ? Comment faire ensemble ? Comment vivre ensemble ?

Je mettrai l'accent sur les territoires d'outre-mer. Ces derniers représentent un cas intéressant en matière migratoire. Ils sont historiquement des terres de migrations issues d'Europe, d'Asie, des Caraïbes, du Moyen-Orient, qu'il s'agisse de demandeurs d'asile ou d'immigrants économiques. Il en résulte, pour la plupart de ces territoires, des populations métissées et des exemples d'intégration réussie avec une coexistence pacifique des différentes communautés.

Or nous observons de plus en plus de phénomènes d'exaspération de la part des populations de certains de ces territoires face à la pression migratoire. Même si l'immigration irrégulière ne concerne objectivement que quelques territoires, Mayotte, la Guyane et, dans une moindre mesure, Saint-Martin, il existe une préoccupation à laquelle, nous élus, sommes très attentifs. Comment ne pas l'être en effet quand nous constatons les scores de l'extrême droite dans les territoires d'outre-mer ? À l'élection présidentielle de 2017 puis aux dernières élections européennes de 2019, le Rassemblement national est arrivé en tête dans plusieurs territoires d'outre-mer, dont le mien, Mayotte. Comment ne pas être indignés par cette vague de populistes qui jettent de l'huile sur le feu alors que nous avons besoin d'apaisement ?

1 commentaire :

Le 21/10/2019 à 17:31, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Les Mahorais n'aiment pas le laxisme.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion