Intervention de Éric Coquerel

Séance en hémicycle du mercredi 16 octobre 2019 à 21h30
Projet de loi de finances pour 2020 — Après l'article 2

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaÉric Coquerel :

J'entendais tout à l'heure M. Di Filippo s'inquiéter du cumul des prestations sociales : il devrait plutôt s'inquiéter du cumul des prestations au capital parce que ça, ça marche très fort ! Au deuxième semestre 2019, les entreprises du CAC 40 ont distribué 51 milliards de dividendes. C'est le record d'Europe absolu, très loin devant les Allemands ou les Britanniques. C'est une augmentation de 5,4 %, alors que la croissance économique ne dépasse pas 1 % ! La différence entre ces deux chiffres traduit l'ampleur de l'accaparement par le capital des richesses que nous produisons. Voilà la réalité ! Et cela ne tombe pas du ciel, c'est le résultat d'une politique. Un monsieur du nom de Warren Buffet – c'est lui qui possède Lubrizol – déclarait : « Il y a bien une guerre des classes, et c'est notre classe qui est en train de la gagner. »

Je vous donne l'occasion de limiter un peu cet accaparement – j'allais dire ce vol – en votant cet amendement qui tend à supprimer l'abattement de 40 % sur les dividendes. Et qu'on ne me dise pas que ce serait une double peine, étant donné qu'il existe déjà un impôt sur les sociétés. Je rappellerai que celui-ci frappe une personne morale, la société dans sa globalité, tant les travailleurs que ceux qui apportent le capital, alors que ce sont les personnes physiques qui profitent de cet abattement.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion