Intervention de Jean-Yves le Drian

Séance en hémicycle du jeudi 31 octobre 2019 à 15h00
Projet de loi de finances pour 2020 — Action extérieure de l'État

Jean-Yves le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères :

Sont en hausse également, c'est le quatrième point, nos contributions aux organisations européennes et internationales, principalement sur des projets de sécurité collective liés à la lutte contre la prolifération des armes et la lutte contre le terrorisme, comme certains d'entre vous l'ont souligné.

Cinquième point, enfin : près de 4,5 millions d'euros – soit une hausse de 76 % – seront dédiés en 2020 à nos projets de modernisation de notre action consulaire, en particulier par la dématérialisation des procédures. Nous voulons simplifier les démarches administratives pour les Français, non seulement à l'étranger mais aussi sur le territoire national. Beaucoup de nos compatriotes ayant résidé à l'extérieur de nos frontières sont directement intéressés, en effet, par les démarches administratives qu'ils ont à accomplir en France. Le service central d'état civil, établi à Nantes, est, rappelons-le, la plus grande mairie de France. La modernisation des procédures concernera aussi le vote par internet et France-Visas, dont la plateforme numérique, en cours d'installation, allégera les contraintes administratives pour nos compatriotes installés à l'étranger.

Je veux enfin revenir sur deux points soulevés par les uns et les autres. En premier lieu, Mme Bonnivard et M. Straumann ont parlé du tourisme, dont il est assez peu question dans le débat d'aujourd'hui. Le conseil interministériel du tourisme a été, de la part du Premier ministre, une bonne initiative. Les actions touristiques se caractérisent en effet par un grand éparpillement, des lieux comme des instances. Vous l'avez vous-mêmes reconnu, et il n'y a là, au demeurant, rien que de très normal, car beaucoup d'acteurs sont concernés : régions, collectivités locales, ministères – dont celui du travail, par exemple – et administrations. Les choses se règlent donc dans le cadre du conseil interministériel du tourisme, sous l'arbitrage du Premier ministre, seul à pouvoir jouer ce rôle. Bref, cette instance améliore l'efficacité.

Reste qu'elle interroge quant au rôle du Parlement, comme le suggèrent les frustrations dont vous avez tous deux fait part, madame la rapporteure spéciale, monsieur le rapporteur pour avis. Je suis prêt à réfléchir avec vous à la formule la plus juste, une formule qui, sans remettre en cause la nomenclature budgétaire – cela me paraît impossible, j'y reviendrai à l'occasion d'un amendement – , puisse traduire, au-delà même du document de politique transversale, une prise de conscience globale des enjeux touristiques pour la France, sujet qui me tient tout particulièrement à coeur.

Enfin, madame Genetet, j'étais ministre de la défense lorsque j'ai donné l'autorisation de tournage du Bureau des légendes à la DGSE. Je ne le regrette pas, et suis également preneur d'une initiative de communication sur la diplomatie. Une communication beaucoup plus forte sur le travail considérable effectué par nos agents dans les postes consulaires comme dans l'administration centrale est en effet nécessaire : le Quai d'Orsay est, curieusement, une maison mal connue. Tous les moyens qui pourront contribuer à mieux la faire connaître, elle et le travail de ses agents, sont bienvenus.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion