Intervention de Bertrand Pancher

Séance en hémicycle du jeudi 31 octobre 2019 à 15h00
Projet de loi de finances pour 2020 — Mission aide publique au développement (état b)

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaBertrand Pancher :

Loin d'une querelle de chiffres, il y va de la parole de la France et de notre volonté de combattre la misère dans le monde, à commencer par l'Afrique, et de défendre nos intérêts dans un contexte de montée des questions migratoires. L'annulation de la dette des pays pauvres est bien entendu cruciale, mais il faut s'interroger sur l'origine de ces surendettements et sur la légitimité d'inclure leur annulation dans nos politiques d'aide au développement.

L'aide directe et l'annulation de dettes sont en effet deux actions bien différentes. Il est incohérent que l'argent ayant vocation à venir en aide aux populations les plus vulnérables en développant des hôpitaux et des salles de classe ou en assurant l'accès à l'eau, serve aussi pour des annulations de dette. On le sait, beaucoup des dettes des pays les plus pauvres ne seront jamais recouvrées : il est donc cynique de comptabiliser ces remises de dettes comme de l'aide publique au développement, d'autant que nous avons une responsabilité dans le surendettement des États les plus pauvres et entretenons ce cercle vicieux depuis des années.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion