Intervention de Jacques Marilossian

Réunion du mercredi 23 octobre 2019 à 9h30
Commission de la défense nationale et des forces armées

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJacques Marilossian, rapporteur pour avis (Préparation et emploi des forces – marine) :

Nous avons, depuis Lancaster House, une force combinée avec nos amis britanniques. Ce qui est envisageable aujourd'hui, c'est d'organiser des exercices communs, comme nous l'avons déjà fait par le passé. L'année dernière, par exemple, nous avons fait un exercice amphibie au large de la Bretagne.

Par ailleurs, lors de la mission Clemenceau, le groupe aéronaval français était accompagné de frégates de plusieurs pays européens, comme le Danemark et la Pologne, et même de l'Inde et de pays asiatiques. De la même manière, des bâtiments français seront nécessairement accueillis par le groupe aéronaval britannique, autour du HMS Queen Elizabeth ou du HMS Prince of Wales, et des bâtiments britanniques seront accueillis par le groupe aéronaval français, lorsque celui-ci se déplacera. Pour ce qui est des aéronefs eux-mêmes, il est plus difficile d'imaginer que des avions britanniques, surtout si ce sont des F- 35, puissent se poser sur des porte-avions français : en tout cas, ce n'est techniquement pas possible sur le Charles de Gaulle. Mais l'efficacité d'un groupe aéronaval dépend de l'ensemble de ses composantes : si des FREMM accompagnent le HMS Queen Elizabeth, je pense qu'elles démontreront l'efficacité de notre marine nationale.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion