⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Laetitia Avia

Réunion du jeudi 7 novembre 2019 à 9h30
Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaLaetitia Avia :

Je crois que tout le monde ici partage ces objectifs d'égalité entre les femmes et les hommes et de parité. Il est important d'en prendre acte. Mais que faisons-nous concrètement pour avancer en la matière ?

Le Conseil constitutionnel indique que, lorsque nous devons conjuguer des valeurs cardinales, nous devons le faire avec responsabilité. En l'occurrence, nous devons conjuguer égalité et pragmatisme, parité et vitalité de notre vie démocratique.

Au-delà, à quoi sert le législateur, en quoi les lois qu'il élabore permettent-elles de faire vraiment évoluer la société ? Si des lois suffisaient à assurer l'égalité entre les femmes et les hommes, cela se saurait. Si tel était le cas, je ne crois pas que les députés du groupe Socialistes et apparentés auraient quitté l'hémicycle à seize heures quarante-sept mardi dernier. Il y a des lois qui prévoient l'égalité salariale entre les femmes et les hommes. Or cette égalité salariale n'existe toujours pas. Il y a des lois qui assurent la parité dans les investitures. Or la parité n'existe toujours pas dans l'hémicycle de notre assemblée. La loi constitue un socle, et j'y suis attachée, mais il y a aussi d'autres éléments qui interviennent.

M. Chassaigne a parlé de volontarisme, en tout cas de volonté de terrain. Il nous appartient en effet d'agir, d'apporter des évolutions, mais pas en tant que législateurs : comme femmes et hommes politiques que nous sommes.

Raphaël Schellenberger a rappelé quel était l'objectif de ce texte. Prenons un peu de hauteur et souvenons-nous que si nous discutons aujourd'hui de ce projet de loi, c'est parce que nous voulons dire aux élus locaux que nous leur faisons confiance, que nous voulons leur donner plus de flexibilité, que nous essayons d'améliorer la façon dont ils travaillent en partant du terrain et de leur quotidien. Veillons, par notre vote sur ces amendements, à ne pas aller à l'encontre de cet objectif que nous défendons collectivement.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion