Intervention de Jean François Mbaye

Réunion du mercredi 20 novembre 2019 à 15h05
Commission des affaires étrangères

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean François Mbaye :

Madame la ministre, vous vous êtes rendue à Dakar récemment, à l'occasion du sixième forum international sur la paix et la sécurité – j'ai eu l'honneur de vous y accompagner avec M'jid El Guerrab et d'autres collègues. Nous avons pu constater la cohérence de ce que vous avez dit à propos de la nécessité de vaincre le terrorisme au Sahel en agissant selon trois axes : le développement, la défense et la gouvernance, notamment dans le cadre de l'espace d'investissement et de développement qui doit aider à la montée en puissance des forces locales. Nous avons notamment assisté à une très belle démonstration des Éléments français au Sénégal (EFS) et des troupes sénégalaises.

Beaucoup de chefs d'État du Sahel réclament une réflexion sur la coordination des initiatives au sein du Conseil de sécurité des Nations unies. J'aimerais savoir comment la France peut soutenir cette demande qui émane de beaucoup de pays du Sahel et que vous avez vous-même évoquée.

Par ailleurs, comment contribuons-nous à la montée en puissance des acteurs de la société civile en tant qu'acteurs prioritaires du développement et de la sécurité au Sahel ? Nous avons vu des exemples grâce à différents ateliers. La Banque africaine de développement estime qu'elle est en mesure d'apporter un financement aux acteurs de la société civile pour assurer la sécurité. Je pense, personnellement, que c'est une erreur : la Banque africaine de développement est attendue sur d'autres projets prioritaires, notamment le développement des infrastructures en Afrique, plutôt que sur les investissements visant à assurer la sécurité. Ce n'est pas son domaine d'expertise. Avez-vous engagé une réflexion dans ce domaine avec les acteurs concernés ?

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion