⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions,
les propositions de loi, les rapports et les votes ne peuvent plus être intégrés pour certains depuis plusieurs mois.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Constance Le Grip

Séance en hémicycle du mardi 3 décembre 2019 à 15h00
Lutte contre l'antisémitisme — Discussion générale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaConstance Le Grip :

Cet antisémitisme, qui tire aujourd'hui sa source d'une idéologie islamiste radicale, d'une idéologie djihadiste et conquérante, mue par la haine des Juifs, remet en cause le droit même d'Israël à exister en tant qu'État et souhaite son anéantissement.

Cet antisémitisme, né au XXe siècle et avançant la plupart du temps sous le masque de l'antisionisme, ne saurait nous laisser indifférents ou démunis. Nous devons le décrire, le définir, le caractériser : c'est tout le but de la définition de travail proposée par l'Alliance internationale pour la mémoire de l'Holocauste, une organisation intergouvernementale à laquelle appartient la France comme la quasi-totalité des pays de l'Union européenne.

Il s'agit bien de décrire, de définir, de caractériser cet antisémitisme d'aujourd'hui sous toutes ses formes, y compris les plus insidieuses et les plus ambiguës, y compris quand il s'en prend au droit même d'exister de l'État d'Israël. Voilà à quoi s'emploie cette définition de travail de l'Alliance internationale, qui est à la fois courte, précise et complète. Elle est destinée à servir d'outil pédagogique à la disposition d'acteurs essentiels de la lutte contre l'antisémitisme, je pense par exemple à l'éducation nationale, à la justice, à la police ou à la gendarmerie.

Notre collègue Sylvain Maillard a rappelé que cette définition fut adoptée par le Parlement européen le 1er juin 2017 – à l'époque, en tant que membre dudit parlement j'avais eu l'honneur de la voter. Entre autres mérites, elle permet que soient reconnus comme antisémites des propos haineux tenus à l'encontre de l'État d'Israël et appelant à son anéantissement en ce qu'il est perçu comme une collectivité composée de citoyens juifs.

2 commentaires :

Le 09/12/2019 à 16:46, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Je ferai remarquer que la personne qui a insulté Finkielkraut n'a pas demandé l'anéantissement de l'État d'Israël, mais que Finkielkraut aille vivre en Israël, vue selon lui comme étant sa seule patrie légitime. Dans ce cas c'est plutôt l'incitation au sionisme concernant les juifs qui devrait être combattue, ainsi que la négation que les juifs puissent vivre en France sans aucune attache avec le sionisme. La propagande pour le sionisme excessif peut-être vue comme une marque d'antisémitisme. c'est tellement évident qu'on se demande pourquoi le débat dans cette Assemblée ne met pas en relief cet aspect du problème, on peut penser alors que le débat est instrumentalisé à des fins politiques.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Le 10/05/2020 à 14:06, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Et s'il n'y a pas de sincérité dans le débat politique, les Français finiront par perdre définitivement confiance dans la classe politique, processus largement entamé après l'affaire des "masques qui ne servent à rien"..., et bien sûr la laïcité non appliquée dans les écoles, et le refus systématique des référendums, vraie volonté de faire taire le peuple français.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion