⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions,
les propositions de loi, les rapports et les votes ne peuvent plus être intégrés pour certains depuis plusieurs mois.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Edouard Philippe

Séance en hémicycle du mardi 10 décembre 2019 à 15h00
Questions au gouvernement — Réforme des retraites

Edouard Philippe, Premier ministre :

Nous apporterons les garanties nécessaires – parce qu'elles sont légitimes – concernant l'évolution de la valeur du point, afin que la retraite des futurs pensionnés soit préservée. La question de la garantie de la valeur du point a été systématiquement évoquée par les organisations syndicales et patronales mais aussi par les Françaises et les Français qui ont participé à la grande consultation organisée par le haut-commissaire – on a dénombré plus de 50 000 productions écrites. Nous apporterons des réponses en matière de gouvernance et de règle d'or, afin que les Françaises et les Français aient confiance en leur système de retraite.

La confiance, nous le savons tous, est aujourd'hui relative : nombre de nos concitoyens, en particulier les plus jeunes, se demandent si, avec les quarante-deux régimes actuels, ils auront vraiment droit à une pension digne de ce nom. Dans toutes les familles, dans tous les milieux, on pense, quand on est trentenaire, qu'on n'est pas bien sûr qu'on touchera une retraite, que le système tiendra.

Mon objectif, celui formulé par le Président de la République – objectif que nous devrions tous partager – , c'est de créer un système où l'égalité prévaut, où la solidité est garantie, et où nous savons, en conscience, que nous payons des retraites justes à nos aînés et que nos enfants pourront payer nos retraites.

1 commentaire :

Le 25/12/2019 à 10:01, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

La pénibilité du travail n'étant pas la même d'un travail à l'autre, un système de retraite égalitaire revient nécessairement à désavantager ceux qui font un travail pénible, c'est tellement évident.

Peu d'argent pour ceux qui vivront peu longtemps, et beaucoup d'argent pour ceux qui vivront très longtemps, les cadres supérieurs et autres.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion