Intervention de Brune Poirson

Séance en hémicycle du vendredi 13 décembre 2019 à 9h00
Lutte contre le gaspillage et économie circulaire — Article 5 bis d

Brune Poirson, secrétaire d'état auprès de la ministre de la transition écologique et solidaire :

La transition écologique doit rassembler. Vous souhaiteriez, madame Autain, aller plus loin sur certains points – et peut-être avez-vous raison ; mais ce qui importe, c'est que nous avancions, tous groupes politiques confondus, ensemble dans la même direction.

Interdire le plastique, c'est très facile à faire – et c'est d'ailleurs ce que nous faisons, s'agissant des plastiques superflus : nous interdisons par exemple la distribution de jouets en plastique et l'utilisation d'emballages à usage unique dans les fast-foods, ainsi que les confettis en plastique. Toutes ces interdictions entreront en vigueur à court terme, avant 2022. Ces mesures ont été adoptées en commission par l'ensemble des groupes politiques et elles seront inscrites dans la loi – vous le savez très bien.

Serait-ce prendre ses responsabilités que de se contenter de cela ? Il s'agit certes de mesures importantes, mais je pense qu'il convient d'aller plus loin – sur ce point, je vous rejoins, madame la députée, et je crois nous sommes tous d'accord dans cet hémicycle : nous devons transformer en profondeur notre modèle économique et nos habitudes de consommation. Vous avez raison : c'est tout le système capitaliste, tel qu'il fonctionne aujourd'hui, qu'il faut questionner et ébranler. Pour ce faire, il faut, je le répète, sortir de ce capitalisme vorace.

Cela implique des changements de comportement et, au-delà, un changement culturel. Nous souhaitons procéder avec méthode, en liaison avec les entreprises concernées, les associations de consommateurs et l'ensemble des Français. Et pour aboutir, au-delà de l'interdiction à court terme de nombre de produits en plastique, à une transformation en profondeur, notre méthode, c'est d'élaborer une programmation pluriannuelle visant à sortir du plastique, c'est de planifier les choses. Il faut un plan pour sortir des emballages jetables, un plan pour qu'en France nous cessions d'avoir entre les mains des emballages destinés à finir à la poubelle. Notre objectif est de passer à une société du tout-réutilisable, et cela doit se faire avec méthode, au mépris des affichages politiques. Je le répète : c'est une décision extrêmement courageuse que la France a prise, parce qu'elle engage un changement en profondeur de nos modes de consommation, donc de nos modes de production.

Dois-je vous donner encore une fois cet exemple ? Nous voulons une société dans laquelle, quand on prend sa douche le matin, une fois le gel douche, le savon ou le shampooing vidé, son emballage en plastique ne finisse pas à la poubelle, mais qu'on le réutilise ; idem pour les tubes de dentifrice et pour la brosse à dents en plastique ; idem durant le petit-déjeuner, au travail, pour chaque geste et à chaque moment de la journée. Cette habitude que nous avons prise de jeter des emballages à la poubelle, sans nous demander ce qu'ils vont devenir, doit disparaître. Cela implique un changement majeur, un changement en profondeur, et c'est à cela que nous travaillons.

Cela ne nous empêche pas de lutter à court terme contre les plastiques superflus, mais cela doit aboutir à long terme à un véritable changement de société. Cela fait soixante ans que notre société est fondée sur le tout-jetable. Il faut – et je suis sûre que vous en êtes d'accord, madame Autain – que nous adoptions le plus rapidement possible une logique diamétralement opposée. Il s'agit d'un projet de société, et ce projet-là doit rassembler tous les groupes politiques, pour que nous puissions avancer le plus rapidement possible et faire un maximum de choses dans les années qui viennent.

Voilà ce que nous promouvons. C'est une mesure courageuse qui a été prise, madame Autain, et elle a d'ailleurs été saluée comme telle. Ne nous satisfaisons pas de petits esclandres politiques. Je sais que votre vision politique est bien plus noble que cela, tout comme celle du reste de votre groupe, car vous aussi, vous appelez de vos voeux des changements profonds de société.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion