Intervention de Brigitte Kuster

Séance en hémicycle du vendredi 13 décembre 2019 à 9h00
Lutte contre le gaspillage et économie circulaire — Article 5 bis d

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaBrigitte Kuster :

J'ai dû mal m'exprimer. Surtout, vous ne répondez pas à mon argumentation. Si j'ai bien compris, le projet de loi dont nous discutons vise à économiser les ressources, à prendre des mesures favorables à l'environnement. En l'occurrence, on parle de tonnes de papier. Sans doute ne voyez-vous pas ce qui se passe dans certains quartiers parisiens jonchés de papiers : la situation y est catastrophique.

C'est d'autant plus étonnant qu'il existe à Paris une exception réservée à quelques quartiers, sans doute ceux que l'on dit « chics » : la place de l'Étoile, l'avenue des Champs-Élysées, les Grands Boulevards. Pourquoi cette interdiction est-elle possible dans ce périmètre restreint – dont, en tant que maire d'arrondissement, j'avais demandé l'extension – mais pas au-delà ? À l'époque, il m'avait été répondu que cette question relevait de la loi. Désormais députée, je demande cette mesure et vous la refusez en arguant du fait que la personne reste libre d'accepter ou non le prospectus dans la rue, et que sur son véhicule, le problème ne se pose pas. Là n'est pas la question ! Je vous parle de dégradation de l'espace public et de coût pour la collectivité. C'est avec les impôts que vous financez le personnel supplémentaire chargé de ramasser ces papiers. Votre réponse n'est absolument pas convaincante. Si je n'arrive pas à faire passer cette mesure ici, où y arriverai-je ? Comment faire en sorte que les rues de Paris, déjà assez sales, ne soient pas souillées par une pollution inutile ?

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion