Intervention de Gabriel Serville

Séance en hémicycle du jeudi 19 décembre 2019 à 21h30
Lutte contre le gaspillage et économie circulaire — Article 12 m

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaGabriel Serville :

Madame la secrétaire d'État, madame la rapporteure, malgré notre fatigue et l'heure tardive, je vous demande de prêter une attention maximale à ce que je vais dire, car cet amendement me semble fondamental.

Les constructions ou installations liées aux activités de stockage, de traitement ou de valorisation des déchets visées par le présent article et relevant de la réglementation afférente aux ICPE sont manifestement de nature à porter atteinte à l'environnement. Cet amendement vise donc à prévenir tout futur conflit d'interprétation qui rendrait, dans les faits, inapplicable l'exception introduite par le nouvel article L. 121-39-1 du code de l'environnement.

Pour rappel, cette dérogation est motivée par la saturation de la décharge de Cayenne dite des « Maringouins », seul site de stockage des déchets de l'agglomération du centre littoral guyanais – CACL – , mais également de la communauté de l'est guyanais depuis la fermeture des sites de Saint-Georges et de Régina, ainsi que de la communauté des communes des Savanes, le site de Pariacabo étant inutilisable depuis 2016. Ce sont ainsi 15 000 tonnes de déchets qui sont accueillies annuellement par le site des Maringouins, en provenance d'un territoire couvrant plus de 40 000 kilomètres carrés pour 170 000 habitants.

Or, en l'état de la législation actuelle, l'implantation d'un nouveau site de stockage, de traitement et de valorisation des déchets sur le territoire de la CACL s'est révélée être un véritable casse-tête, avec l'impossibilité d'y procéder, en raison du veto de la DGAC – Direction générale de l'aviation civile – etou des dispositions ici amendées de la loi littoral, à l'installation sur l'ensemble des dix-neuf sites retenus comme potentiellement compatibles avec l'implantation de la future décharge du littoral.

Il est donc primordial de permettre à l'exception introduite par le présent article de pleinement s'appliquer dans les meilleurs délais, afin d'éviter de s'exposer à de multiples contentieux.

C'est la raison pour laquelle cet amendement tend à supprimer la deuxième phrase de l'alinéa 2 de l'article, qui crée des conditions que nous risquerions de ne pas pouvoir remplir, même si les choses devaient rester en l'état.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion