Intervention de Marietta Karamanli

Séance en hémicycle du mardi 7 janvier 2020 à 9h00
Questions orales sans débat — Filière staps de l'université du mans

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMarietta Karamanli :

Madame la ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, je souhaite appeler votre attention sur la situation de l'université du Mans. Il y a quelques semaines, l'université a connu un mouvement étudiant et enseignant lié à l'absence d'un encadrement suffisant dans une de ses principales filières : la filière STAPS – sciences et techniques des activités physiques et sportives – qui, avec 1 000 étudiants, compte 20 enseignants titulaires. En dix ans, le nombre d'étudiants a été multiplié par trois, alors que le nombre de postes d'enseignants n'a augmenté que de trois.

Certes, plus de 60 intervenants complètent le service ; il n'empêche que les postes restent en nombre insuffisant et les conditions d'études, insatisfaisantes. Le ratio enseignants étudiants demeure inférieur à celui d'autres filières comparables, d'autant que 120 étudiants ont été inscrits en première année de STAPS sous condition d'une mise à niveau – le fameux « oui si » de Parcoursup – , ce qui suppose un effort consenti par l'université. Deux postes d'enseignants ont été accordés par le rectorat pour faire face aux besoins à horizon de la rentrée 2020. Néanmoins, pour soutenir les spécialités d'avenir, il faut envisager un plan exceptionnel de recrutement d'enseignants-chercheurs dans des disciplines académiques pouvant servir les besoins propres de la filière et ceux de l'ensemble des filières.

J'avais sollicité le Gouvernement sur l'enjeu que représente, pour la ville du Mans et la région, l'accompagnement de plusieurs secteurs clefs de la recherche comme ceux des nouveaux matériaux, de l'acoustique, de l'automobile, des systèmes intelligents ou des dimensions techniques et sociétales des objets connectés. Je souhaite connaître les ambitions du Gouvernement et de l'État pour la formation supérieure, l'insertion professionnelle et la recherche assurées par l'université du Mans au profit de l'ensemble des territoires qu'elle irrigue.

Madame la ministre, je vous remercie pour votre réponse que j'espère favorable à l'université, aux formations, aux enseignants-chercheurs et évidemment aux étudiants et à leurs familles.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion