⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions,
les propositions de loi, les rapports et les votes ne peuvent plus être intégrés pour certains depuis plusieurs mois.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Erwan Balanant

Séance en hémicycle du mardi 7 janvier 2020 à 15h00
Questions au gouvernement — Dérèglement climatique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaErwan Balanant :

À 8 000 kilomètres de la France, des scènes de cauchemar persistent en raison de gigantesques feux de forêt qui durent depuis plusieurs mois. Les dégâts sont immenses : vingt-quatre morts, des millions de personnes obligées de fuir leurs logements, 8 millions d'hectares de végétations détruits. Pire encore : la biodiversité, si importante pour la survie de notre planète, est ravagée. Près de 500 millions d'animaux ont été affectés par les flammes. Certaines espèces sont présentes seulement en Australie : déjà menacées, elles risquent désormais l'extinction en raison de la disparition de leur habitat, de leur nourriture et de la mort de leurs congénères.

À l'heure des multiples sommets et accords internationaux destinés à protéger notre planète, ce sont 250 millions de tonnes de CO2 qui ont été émises et qui ne pourront pas être réabsorbées par les forêts, dont la plupart ont été détruites.

Après les terribles incendies qui ont ravagé l'Amazonie, nous assistons une fois encore aux conséquences des dérèglements climatiques qui menacent les conditions de vie sur la Terre. Il est plus que jamais nécessaire que nous nous définissions comme les protecteurs de cette nature plutôt que comme ses possesseurs.

Mes chers collègues, nous ne pouvons rester inactifs face à ces grandes menaces qui pèsent sur nos écosystèmes.

Madame la Ministre, le coût économique de ce désastre est estimé à 24 milliards d'euros. Les catastrophes climatiques vont se multiplier si nous ne faisons rien. N'est-il pas temps de préparer le futur ? À l'heure où les taux d'intérêt sont historiquement au plus bas, n'est-il pas temps d'investir massivement dans la transition écologique ?

1 commentaire :

Le 13/01/2020 à 19:58, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Qui dit taux d'intérêt bas dit relance de la consommation, qui dit relance de la consommation dit relance de la production, et qui dit relance de la production dit relance du CO2 et donc du réchauffement climatique.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion