Intervention de Amélie de Montchalin

Séance en hémicycle du jeudi 16 janvier 2020 à 9h00
Coopération en matière de défense avec l'albanie et chypre — Présentation

Amélie de Montchalin, secrétaire d'état chargée des affaires européennes :

… qui s'est tenue la semaine dernière, l'Italie étant observatrice de la concertation. Le quatrième paragraphe du communiqué final de cette réunion à laquelle a participé Jean-Yves Le Drian, indique : « Les ministres ont également rappelé la nécessité du plein respect de la souveraineté et des droits souverains de tous les États dans leurs zones maritimes en Méditerranée. À cet égard, les ministres ont fermement condamné la poursuite des actions turques dans la zone économique exclusive et dans les eaux territoriales de Chypre. Les ministres ont appelé la Turquie à cesser immédiatement toutes ses activités d'exploration illégales. » Il me semblait important de vous apporter ces précisions, puisque la discussion qui nous occupe ce matin porte sur notre coopération en matière de sécurité et de défense.

Quant à l'accord franco-albanais, il vise à permettre le développement des relations bilatérales entre nos deux pays. Encore une fois, la France exprime sa solidarité à l'égard du peuple albanais et de son gouvernement après le tremblement de terre dévastateur qui a secoué le pays il y a quelques semaines ; une conférence des donateurs, réunie à l'initiative d'Ursula von der Leyen, de la France et de l'Allemagne, se tiendra le 17 février prochain à Bruxelles en soutien à l'Albanie.

L'accord franco-albanais couvre tous les domaines de coopération en matière de défense : organisation et fonctionnement des forces, formation, armement, équipement. L'arrangement technique en vigueur, nous le savons, limite la coopération franco-albanaise. Le nouveau cadre juridique offert par le présent accord devrait permettre d'élargir la coopération et d'intégrer les capacités albanaises, notamment dans le cadre des opérations de l'OTAN.

L'accord avec l'Albanie permettra de développer des coopérations utiles concernant des sujets d'intérêt pour les deux États, comme la lutte contre la radicalisation, la sécurisation des espaces maritimes européens ou l'équipement des forces armées. L'accord permettra en outre de fixer le statut des membres du personnel français et albanais amenés à participer à des activités de coopération sur le territoire de l'autre État.

J'ajoute que, pour renforcer concrètement notre coopération de défense avec l'Albanie – ce qui est l'objectif de cet accord – , nous pourrons nous appuyer sur la mission de défense qui a rouvert l'été dernier à Tirana, avec à sa tête un colonel, attaché de défense.

En outre, l'entrée en vigueur de l'accord de coopération de défense avec l'Albanie – que j'espère prochaine, grâce à votre soutien – s'inscrit dans le contexte, que vous connaissez, du réengagement de la France dans les Balkans, conformément à la stratégie interministérielle pour les Balkans occidentaux validée en mars 2019. Vous le savez, dans le cadre de cette stratégie, le Président de la République s'est rendu en visite en Serbie en juillet dernier, et Jean-Yves Le Drian, Geneviève Darrieussecq et moi assurons une présence renforcée dans la région depuis notre prise de fonctions, qui sera renforcée dans les mois à venir. Par ailleurs, nous menons actuellement des discussions avec la Commission européenne pour déterminer les voies et moyens pour arrimer fermement cette zone géographique de haute importance au développement européen.

Telles sont les principales observations que je tenais à porter à votre connaissance concernant l'accord de coopération en matière de défense entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République de Chypre et l'accord entre le Gouvernement de la République française et le Conseil des ministres de la République d'Albanie relatif à la coopération dans le domaine de la défense.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion