⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Claude Goasguen

Réunion du mercredi 15 janvier 2020 à 16h05
Commission des affaires étrangères

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaClaude Goasguen :

Je souhaite moi aussi vous interroger au sujet de l'Iran et du retour de Daech. Quand on examine la situation en Iran – en dehors des événements récents que chacun connaît –, on s'aperçoit qu'elle est marquée par la progression militaire de cet État. L'attentat contre les installations d'Aramco en septembre dernier avait déjà constitué un avertissement sérieux, d'autant que, selon les états-majors d'Israël et des États-Unis, les fusées ayant atteint ce site n'avaient pas été détectées. Quelques mois plus tard, l'attaque sur deux bases stratégiques des forces américaines et irakiennes en riposte à la mort du général Soleimani est venue confirmer les craintes que l'on pouvait avoir : du point de vue balistique, l'Iran a incontestablement progressé, et possède désormais une force de frappe dont l'ampleur reste inconnue.

Les inquiétudes sur ce point viennent inévitablement s'ajouter à celles que l'on a sur le nucléaire. Quand un pays est doté d'engins balistiques aussi puissants, aussi longs, et dotés sur le devant d'une petite antenne, on ne peut que se demander s'il n'a pas l'intention de les équiper, un jour ou l'autre, d'une petite tête nucléaire ! Sur ce point, beaucoup de gens en viennent aujourd'hui à douter de l'avis de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), qui estime que le programme d'armement nucléaire de l'Iran ne progresse pas. Il est évident que si le pays se dote d'engins balistiques aussi puissants, ce n'est certainement pas pour aller tuer des poulets à 1 000 kilomètres !

La deuxième question qui nous préoccupe beaucoup est celle relative au djihadisme, dont la renaissance actuelle semble constituer un phénomène inévitable. Les tensions entre les chiites et les sunnites d'Irak se trouvent exacerbées par l'absence américaine et une présence iranienne renforcée, et il est évident que, tôt ou tard, les sunnites vont exprimer sous une nouvelle forme des revendications anciennes, ce qui donnera lieu à un regain de l'activité sunnite et permettra sans doute un prolongement des activités de Daech.

Cette question me conduit tout naturellement à une autre, qui nous trouble beaucoup, je veux parler du retour des djihadistes. Pour des raisons qui l'honorent certainement, Mme la garde des sceaux s'est récemment déclarée favorable au retour des djihadistes, alors que vous avez semblé exprimer sur ce point une position beaucoup plus mesurée et plus proche de la nôtre, à savoir que les djihadistes doivent être jugés et condamnés sur les lieux où ils sont capturés – on songe ainsi à l'idée d'un tribunal européen ou international qui pourrait juger les djihadistes en Irak. En tout état de cause, les membres du groupe Les Républicains sont totalement opposés à la position exprimée sur ce point par Mme Belloubet.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion