⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de M'jid El Guerrab

Réunion du mercredi 15 janvier 2020 à 16h05
Commission des affaires étrangères

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaM'jid El Guerrab :

Monsieur le ministre, je voulais évoquer plusieurs sujets importants, notamment la fin du franc CFA, annoncée à Abidjan il y a quelque temps, ainsi que la position de la France par rapport aux prochaines élections en Côte d'Ivoire et en Guinée-Conakry, mais je vais plutôt concentrer mon propos sur un point qui me semble de plus en plus problématique, celui de l'école française à l'étranger.

Nous allons peut-être auditionner le directeur de l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger (AEFE) dans quelques semaines, mais j'aimerais vous entendre au sujet d'une situation qui me paraît préoccupante. Il y a trois ou quatre mois, vous avez fait des annonces fortes, notamment celle d'un plan de développement de l'école française à l'étranger. Vous avez ainsi annoncé, aux côtés de Jean-Michel Blanquer et de Jean-Baptiste Lemoyne, un rebasage de la dotation, consistant en l'occurrence en une augmentation de 25 millions d'euros du budget de l'école française. Ces mesures sont destinées à desserrer l'étau sur les familles après les fortes augmentations qui leur ont été régulièrement imposées depuis une dizaine d'années, jusqu'à aboutir aujourd'hui à une pression insupportable.

Or, j'ai appris qu'au Maroc – je suis tenu au courant de la situation minute par minute –, il avait été annoncé une très forte augmentation des frais d'inscription, alors même que vous veniez d'indiquer que ces frais allaient baisser ! Monsieur le ministre, comment l'AEFE, dont vous êtes le ministre de tutelle, peut-elle annoncer des hausses massives de frais de scolarité alors que vous aviez vous-même dit, peu de temps auparavant, qu'ils allaient diminuer ? Une telle situation est à la fois inacceptable et incompréhensible : c'est à se demander s'il y a un pilote dans l'avion de l'école française à l'étranger ! Certes, il n'y a jamais eu de pilote politique, mais le pilote administratif semblait assumer sa fonction jusqu'à présent. Aujourd'hui, le système semble avoir atteint ses limites, et les familles n'en peuvent plus. Je tenais à vous alerter sur cet état de fait devenu insupportable et à vous demander si nous allions réagir pour reprendre en main politiquement cette grande maison qu'est l'AEFE.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion