Intervention de Brune Poirson

Séance en hémicycle du mardi 21 janvier 2020 à 15h00
Lutte contre le gaspillage et économie circulaire — Présentation

Brune Poirson, secrétaire d'état auprès de la ministre de la transition écologique et solidaire :

Nous voici arrivés au terme de l'examen du projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire. La commission mixte paritaire a été l'occasion pour vous, madame la présidente de la commission, mesdames les rapporteures, aux côtés de vos homologues du Sénat, de révéler tout le potentiel de ce texte. Rassemblement, action, solidarité : voilà ce que vous avez collectivement choisi. Ensemble, malgré des réticences, des craintes et des ambitions qui semblaient indépassables, vous avez trouvé un accord, un équilibre, reflétant l'alignement des tendances politiques du Parlement sur une ambition écologique non seulement forte mais aussi centrée sur le possible et l'action.

À titre personnel, j'ai souvent dit ma volonté de voir le texte définitif représenter une synthèse fidèle aux avancées apportées par les sénateurs comme par vous, mesdames et messieurs les députés. Je m'étais engagée devant eux à faire en sorte que leur travail ne soit pas défait. Même si cela était parfois tentant, j'ai tout fait pour conserver les avancées adoptées par le Sénat.

Je suis heureuse de constater que nos débats ont suivi ce chemin et que vous y avez mis toute votre énergie, faisant preuve d'une véritable volonté de collaborer avec l'autre chambre. Sur telle ou telle mesure, certains auraient aimé fixer des objectifs plus rapprochés, d'autres au contraire auraient aimé freiner les transformations.

Concentrons-nous sur le résultat : d'un projet de loi initial comptant 13 articles imaginés par le Gouvernement, vous avez fait un plan d'action de plus de 130 mesures, adopté à la quasi-unanimité, qui transformera profondément notre façon de consommer, de produire et de gérer nos déchets, mais aussi d'envisager l'avenir.

Ce texte – votre texte – est une loi de rassemblement et de combat écologique, qui est notre combat à tous. C'est aussi une loi à la hauteur des défis que nous devons affronter pour mener notre pays au bout de sa transition écologique, une loi adoptée trente, voire quarante ans après la dernière grande loi relative au traitement des déchets.

Pour cette raison, il était essentiel qu'il soit nourri des expertises et des influences de tous les bancs de cet hémicycle et de chacune des chambres du Parlement. C'est ainsi que je conçois la construction du combat écologique, et je n'en tire aucun orgueil personnel. C'est par un travail collectif, plutôt que par la haine ou l'adoption de postures politiciennes, que nous nous avions une chance de façonner une loi à la hauteur des attentes de nos concitoyens. Et quelles attentes !

Je pourrais développer ici les 130 mesures contenues dans le projet de loi mais je préfère vous proposer un petit exercice collectif de projection dans l'avenir : imaginez que vous êtes un père ou une mère de famille et que nous passons, dans quelques années, la première heure de la journée ensemble.

Le matin – un jour sur deux, si ce n'est davantage… – vous utiliserez sans doute du shampooing.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion