Intervention de Cédric O

Séance en hémicycle du mardi 21 janvier 2020 à 15h00
Haine sur internet — Présentation

Cédric O, secrétaire d'état chargé du numérique :

Jean Paulhan a écrit un jour qu'« une nation périclite quand l'esprit de justice et de vérité se retire d'elle ». Au fond, il nous est demandé pour la seconde fois de répondre ici à une question fondamentale : sommes-nous capables de continuer à faire vivre au coeur de la nation l'esprit de justice et de vérité si vital aux démocraties ? Sommes-nous capables, à l'ère du numérique, de le faire vivre pour continuer à faire société ?

Au quotidien, comme nous le savons tous, nos compatriotes s'informent sur des plateformes dont la taille et la place dans nos vies remettent en question le rôle des médias traditionnels et complexifient notre rapport au réel et à la vérité, et ce un peu plus chaque jour.

L'enjeu associé à ces plateformes dépasse, et de beaucoup, la seule question de l'information ; il est bien plus profond. Quotidiennement se joue en ligne un combat qui ne doit pas nous échapper : celui de l'utilité même de l'État et de l'autorité même de la loi comme expression de la volonté générale, quand quelques-uns peuvent, de manière répétée et dissimulée, s'affranchir de toutes les règles d'une vie en société démocratique et apaisée.

Comment continuer de faire société quand, chaque jour, les fauteurs de haine sont toujours plus nombreux et toujours mieux organisés pour disloquer la société, la fracturer, la fragiliser, et ce en toute liberté ? Comment continuer de faire société quand s'instille en nous le plus dangereux des poisons, ce sentiment d'impunité qui corrompt jusqu'à l'idée même que nous nous faisons de la démocratie ?

Comment répondre à l'invite de Jean Paulhan, celle de retrouver l'esprit de justice et de vérité qui fait tenir une nation, si l'on feint d'ignorer ce qui chaque jour se dit, se montre et se déverse sur les grandes plateformes et les grands réseaux sociaux, la haine à longueur de vidéos, à longueur de tweets, contre des mineurs et contre les plus fragiles d'entre nous, la haine sans visage, sans courage, partout, pour tous, tout le temps ? Face à cette haine se trouvent des victimes, souvent perdues, silencieuses, qui subissent la violence sans savoir comment agir, vers qui se tourner, souvent seules face aux injures racistes, antisémites, homophobes, sexistes, et j'en passe.

Il est temps d'adresser un message à la fois simple et clair : la haine ne sera pas plus tolérée en ligne qu'elle ne l'est dans la rue et dans la vie de tous les jours.

1 commentaire :

Le 24/01/2020 à 14:39, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Et la lutte contre la haine des référendums, promue par certains politiques ? Sans parler de la haine contre les signes supposés religieux... au nom d'une vision haineuse de la laïcité...

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion