Intervention de Alexis Corbière

Séance en hémicycle du mardi 21 janvier 2020 à 15h00
Haine sur internet — Discussion générale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAlexis Corbière :

Le compte Twitter qui reprenait ces mots a été censuré par Twitter, mais, hier soir, dans son émission, sur une chaîne de TF1, Yann Barthès, a diffusé des images de manifestants chantant ces paroles sans qu'aucune instance, quelle qu'elle soit, lui demande bien entendu de les retirer. Qui décide ce qui doit être retiré sur Twitter et ce qui doit l'être sur une chaîne de télévision ? Nous sommes confrontés à un arbitraire total et absolu et à une incohérence qui est assez dangereuse. Évidemment, en ce 21 janvier, date particulière de l'histoire révolutionnaire, le débat portait sur les mouvements populaires actuels et la reprise d'éléments symboliques de la Révolution française.

Nous sommes ici au coeur du problème. Vous prétendez lutter contre les fausses informations, mais vous luttez finalement contre l'information elle-même. Qu'adviendra-t-il demain des images d'une arrestation par la police qu'un algorithme interpréterait comme une vidéo anti-policiers, « anti-flics » comme on dit parfois ? Ces images, qui pourra juger s'il est opportun de les censurer ? Il y a là quelque chose de particulièrement dangereux.

Vous manquez votre objectif. Lutter contre la haine et le racisme et l'antisémitisme, oui, et nous serons toujours présents pour mener cette bataille. Mais c'est à la justice qu'il faut donner les moyens de se prononcer et d'apprécier de telles infractions, non à des algorithmes qui, comme par hasard, avant même que votre loi existe, censurent souvent les opposants, suppriment les images des manifestations de colère qui se déroulent dans le pays et s'en prennent toujours aux mêmes laissant s'exprimer ceux qui vous sont le plus favorables.

Cette proposition de loi est donc liberticide, et nous voterons contre elle.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion