Intervention de Edouard Philippe

Séance en hémicycle du mardi 28 janvier 2020 à 15h00
Questions au gouvernement — Lutte contre les violences à l'encontre des élus

Edouard Philippe, Premier ministre :

C'est pourquoi nous devons tous – absolument tous, quels que soient les partis auxquels nous adhérons – dire, dès lors que nous sommes en responsabilité, que le débat peut être vif, que l'invective – ou plus exactement la controverse – peut être dure et que la mise en cause a le droit d'être intense, mais que le franchissement de la frontière de la menace et de la violence physiques doit être proscrit.

Si nous ne le disons pas tous, si, dans certains cas, nous semblons l'excuser alors que, dans d'autres, nous nous en offusquerions, si nous acceptons cet état de fait, alors, collectivement, nous ne sommes pas à la hauteur de ce que nous devons être : des défenseurs de la démocratie.

1 commentaire :

Le 31/01/2020 à 15:21, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Défendez donc les référendums, plutôt que la négation systématique de tout ce qui peut remettre en cause votre ego personnel ainsi que le pouvoir financier du CAC 40.

Moi aussi si j'étais élu et si je tirais toute ma gloire et tout mon pouvoir de mon élection, je dirais sans doute pis que pendre des référendums. Mais voilà le hasard m'a mis du bon côté, celui de la démocratie citoyenne, et je vois qu'en tant que citoyen on n'a aucun pouvoir par la parole ou l'écrit, on est constamment rejeté dans le silence et dans le mépris politique.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion