Intervention de Gilles Lurton

Séance en hémicycle du mardi 28 janvier 2020 à 15h00
Prise en compte des droits de l'enfant à l'assemblée nationale — Explications de vote

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaGilles Lurton :

Je suis très heureux des propos que vous avez tenus : je ne manquerai pas de les rapporter aux professionnels de cette unité, qui les méritent.

Cette proposition de résolution a du sens, et il est particulièrement important que nous pensions demain à l'appliquer à tous les textes que nous examinons, un peu comme pour la politique du handicap, que vous avez voulu rendre transversale. Je dois dire, monsieur le secrétaire d'État, que l'application d'une telle résolution commence par des actes, comme je l'ai souligné pendant mon intervention. Dans le cadre des projets de loi de financement de la sécurité sociale, nous avons souvent le sentiment que le Gouvernement renonce à mener une véritable politique familiale.

Le défenseur des droits l'a rappelé dans son rapport annuel de 2018 consacré aux droits de l'enfant : l'enfance débute à l'instant de la naissance. Or ce moment peut nécessiter des moyens supplémentaires pour les familles les plus en difficulté. Il existe en la matière des mesures simples que nous pourrions prendre et auxquelles nous renonçons parce que toute mesure a un coût, si minime soit-il. Je souhaite que, dans le cadre du prochain projet de loi de financement de la sécurité sociale, nous sachions avancer dans ce sens, pour que notre pays dispose d'une véritable politique en faveur de l'enfant et des familles, quelle que soit la composition de celles-ci.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion