Intervention de Françoise Dumas

Réunion du mardi 15 octobre 2019 à 19h05
Commission de la défense nationale et des forces armées

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaFrançoise Dumas, présidente :

Mes chers collègues, nous avons le plaisir ce soir d'accueillir le chef d'État-major des armées, le général François Lecointre.

Cet horaire est quelque peu inhabituel, mais il s'explique par l'organisation cet après-midi d'un scrutin public sur le projet de loi relatif à la bioéthique et par l'éloge funèbre rendu à notre collègue Patricia Gallerneau.

Ces événements nous ont amenés à reculer à deux reprises l'horaire de cette audition pour permettre aux députés d'être présents dans l'hémicycle. Je vous remercie, mes chers collègues, de votre compréhension et vous, mon général, de votre patience.

Notre audition est consacrée au projet de loi de finances (PLF) pour 2020, ce millésime étant la deuxième année de mise en oeuvre de la loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025. Nous avons d'ores et déjà auditionné les chefs d'État-major de l'armée de Terre, de la Marine et de l'armée de l'Air. Il était logique, général, que nous vous réservions, dirai-je, le dernier mot !

Le PLF pour 2020 est conforme aux engagements pris et hisse notre effort de défense à 1,86 % du produit intérieur brut (PIB), en bonne voie pour atteindre la cible de 2 % à l'horizon 2025.

Nous sommes intéressés par votre réaction face à ces chiffres mais plus encore par votre lecture de ces masses budgétaires, notamment sur les thématiques qui sont pour nous autant de points de vigilance.

Premièrement, estimez-vous que les mesures prises dans le projet de loi de finances qui se veut, comme la loi de programmation militaire, « à hauteur d'homme », soient de nature à répondre aux défis de la fidélisation et du recrutement du personnel militaire ?

Deuxièmement, les augmentations du budget de la défense depuis trois ans contrastent avec les restrictions qui ont marqué les années précédentes. De manière plus globale, cette hausse s'inscrit dans un contexte mondial d'augmentation des dépenses militaires, tout particulièrement en Chine et aux États-Unis. Estimez-vous que les sommes dégagées soient de nature à assurer une augmentation et une modernisation efficace de nos matériels, que d'autres solutions doivent être également privilégiées et pourraient être approfondies ? Je pense à des efforts sur la disponibilité des matériels ou à une mutualisation accrue avec nos partenaires européens.

Troisièmement, ce budget veut privilégier l'innovation. Une telle priorité vous paraît-elle suffisamment affirmée ?

Quatrièmement, dans un document que vous aviez publié peu après votre prise de fonction, vous vous interrogiez sur l'adéquation de certaines procédures au regard d'une accélération nécessaire des prises de décision et de la responsabilisation des chefs militaires. Ce PLF comporte sa part de modernisation des processus en ce qui concerne, par exemple, les nouvelles responsabilités financières dans le domaine des infrastructures. Ces mesures sont-elles de nature à répondre à vos attentes ?

Si cette audition s'inscrit dans un cycle budgétaire, elle intervient dans le cadre d'une actualité particulière, qui est celle de l'attaque unilatérale turque depuis la fin de la semaine dernière dans le nord-est de la Syrie. Un conseil de sécurité, de défense et de sécurité nationale s'est réuni spécifiquement dimanche à ce sujet. Le communiqué rendu public à l'issue du conseil estimait que cette offensive comportait le risque d'entraîner des conséquences humanitaires dramatiques, une résurgence de Daech dans la région et une déstabilisation durable du nord-est syrien. Est-ce ce qui est effectivement en train de se passer à cette heure ?

Cette audition se déroulant à huis clos, et je souligne auprès des commissaires sur l'obligation qui est la nôtre de le respecter, je me permets de vous poser la question du devenir de nos forces militaires présentes dans le nord-est syrien.

Général, je vous cède la parole. Nous poursuivrons par la séance traditionnelle des questions-réponses qui aura, ce soir, une prégnance particulière.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion