Intervention de Joachim Son-Forget

Réunion du mardi 15 octobre 2019 à 19h05
Commission de la défense nationale et des forces armées

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJoachim Son-Forget :

Général, vous avez fait état de vos craintes de stricte suffisance de cette LPM en cas d'évolution défavorable de la situation géopolitique. Vous avez rappelé les difficultés des grands projets industriels à long terme, notamment en termes de concurrence intra-européenne sur les projets d'aviation comme sur d'autres et vous avez exprimé vos craintes en matière de munitions, en particulier de missiles. Dès lors, pourquoi nous inscrivons-nous dans une dynamique peu souveraine en matière de munitions, y compris de petit calibre nécessaire à l'entraînement et en cas de nécessité ? Dans ma circonscription, une entreprise est intéressée par la création d'une usine d'assemblage de munitions dans l'est de la France. Lors d'un rendez-vous à la DGA, ses responsables n'ont obtenu pour toute réponse qu'elle n'était pas intéressée par de tels projets. Pourtant, une dynamique d'emplois pourrait ainsi être créée.

Enfin, je vous remercie pour vos explications sur la question kurde, sujet sur lequel je travaille depuis longtemps. J'avais essayé de prévenir des amis du risque de survenue d'un tel scénario. Nos opérateurs sont censés obéir aux ordres et ne pas avoir d'états d'âme, mais que se passe-t-il dans leur tête quand ils sont contraints de se désengager, au regard des liens qu'ils ont noués avec les gens qu'ils ont formés et qui furent un temps des frères d'armes ?

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion