Intervention de Agnès Buzyn

Séance en hémicycle du mardi 4 février 2020 à 21h30
Débat sur le financement des retraites

Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé :

Nous faisons confiance aux partenaires sociaux pour élaborer une proposition qui permettra d'équilibrer le système de retraite une fois la réforme entrée en vigueur. Nous leur proposons également de travailler à la gouvernance du futur système. Le Gouvernement place donc les partenaires sociaux en pleine responsabilité et leur accorde une confiance totale.

Vous jugez le cadre contraint ; en réalité, il est admis par tous et s'avère peu contraignant. La première contrainte est de ne pas baisser les pensions des retraités actuels. Je pense que 100 % des Français l'approuvent, tout comme l'ensemble des partenaires sociaux : personne ne souhaite réduire les pensions. Nous assurons donc à tous nos concitoyens retraités que l'équilibre du système ne reposera en aucun cas sur une diminution de leurs pensions. Il était important de le rappeler, même si chacun en convient.

La deuxième contrainte est liée à la reprise de l'activité économique et à la baisse du chômage que nous observons, facteurs qui participent de l'équilibre du futur système. La seule façon de soutenir la dynamique des entreprises est de ne pas augmenter le coût du travail : c'est la deuxième contrainte que le Gouvernement a inscrite dans le courrier adressé aux partenaires sociaux. Pour le reste, ceux-ci disposent d'une totale liberté pour trouver des leviers d'action : utilisation des réserves, cotisations ou modification de la durée ou du temps de travail. Tous ces leviers sont entre leurs mains. Les seules contraintes sont celles que je viens de rappeler, et elles ont été parfaitement comprises et admises par les partenaires sociaux lorsque nous leur avons confié cette mission.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion