Intervention de Philippe Folliot

Réunion du mercredi 13 novembre 2019 à 9h30
Commission de la défense nationale et des forces armées

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPhilippe Folliot, rapporteur pour avis :

Pour l'Albanie, l'accord de défense était antérieur à l'adhésion à l'OTAN. Il n'y a pas forcément un lien de cause à effet, mais c'est un élément de perspective. Il est vrai que si notre accord de défense intervient après la modernisation de la petite armée macédonienne, cela serait peut-être dommage. Il vaudrait mieux que cela intervienne un peu plus en amont.

De la même façon, concernant les différentes étapes d'élargissement de l'OTAN, je rappelle le calendrier : en 1999, c'est la Pologne, la République tchèque et la Hongrie ; en 2004, la Roumanie, la Bulgarie, la Slovaquie, la Slovénie, la Lettonie, la Lituanie et l'Estonie ; en 2009, la Croatie et l'Albanie ; en 2017, le Monténégro ; en 2019, la Macédoine du Nord ; et puis il y a l'Ukraine et la Géorgie qui ont fait une demande d'adhésion à l'OTAN qui n'est pas encore ratifiée.

Sur les minorités albanaises, elles représentent à peu près 30 % de la population. Il y a eu des heurts avec des morts et des émeutes dans la partie albanophone de la Macédoine. Aujourd'hui, les choses sont stabilisées. La perspective de l'adhésion à l'OTAN a été un facteur de désescalade, puisque l'Albanie est membre de l'alliance depuis 2009, et qu'ensuite la perspective d'adhésion a permis de dire aux Macédoniens : « Vous réglez vos problèmes en interne et vous réglez les problèmes avec vos voisins ». Cela a été fait. Nous pouvons dire que la perspective d'adhésion à l'OTAN a été un facteur de désescalade dans la crise interne et de pacification de la situation interne en Macédoine vis-à-vis de la minorité albanophone.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion