Intervention de Fabien Di Filippo

Séance en hémicycle du mardi 7 novembre 2017 à 15h00
Projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2018 à 2022 - projet de loi de finances pour 2018 — Mission action extérieure de l'État (état b)

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaFabien Di Filippo :

Vous parlez de l'abolition de la réserve parlementaire comme s'il s'agissait de celle des privilèges ! Elle a été supprimée, pas abolie !

Je suis heureux qu'à diverses reprises, pendant la discussion de ce budget, on revienne sur cette question pour reconnaître l'utilité de ces aides destinées à de petits projets dans nos territoires de métropole ou d'outre-mer mais aussi là où sont présents nos compatriotes, à l'étranger. C'est très important !

Vous nous demandez d'avoir confiance en la parole du Président de la République et dans celle du Gouvernement, qui ont promis une compensation intégrale de la réserve, comme ils l'ont promise pour le financement de nos associations, comme ils l'ont promise pour celui de nos territoires. Pourtant, que s'est-il passé la semaine dernière ? La compensation n'a été qu'à hauteur de 50 %. Quelle enveloppe, dans le budget pour 2018, subit-elle une amputation de 50 % ? J'aimerais bien le savoir ! Nous allons assister une fois de plus, ici, à une amputation des crédits de près de 50 %. Ce n'est pas à la hauteur de ce qui doit revenir à nos territoires.

Le maintien du premier amendement importait bien plus que le retrait du second. Nous l'aurions adopté afin que la compensation soit intégrale, comme tel aurait dû être également le cas pour nos associations qui, je le rappelle, perdent 25 millions d'euros dans l'affaire, et comme cela aurait dû être le cas pour nos territoires, notamment ruraux, qui perdront 50 millions puisque la décision sera centralisée.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion