⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Virginijus Sinkevičius

Réunion du mercredi 12 février 2020 à 15h05
Commission des affaires européennes

Virginijus Sinkevičius, commissaire européen à l'environnement, aux océans et à la pêche :

L'analyse de l'impact environnemental des législations relève, à l'heure actuelle, de l'initiative des États membres. Ce sont des initiatives que j'encourage. La démarche n'a pas encore été reprise au niveau communautaire, mais les discussions sont en cours. Les exemples positifs dans les États membres constituent une source d'inspiration. Cependant, c'est au niveau national que sont décidées le plus grand nombre de législations ; c'est la raison pour laquelle j'encourage tous les États membres à emprunter cette voie.

En ce qui concerne les stocks et le changement climatique, je suis tout à fait d'accord avec vous, je l'ai dit dès le début de mon mandat. La PCP ne doit pas nécessairement être réformée, mais plutôt élargie. À l'heure actuelle, elle tient compte uniquement de certaines conséquences du changement climatique, qui ont un impact sur les stocks halieutiques. Dans le cours de mon mandat, nous allons réexaminer la PCP, peut-être après les négociations sur le Brexit, afin d'élargir son champ.

Pour ce qui concerne la mer Celtique, il faut tenir compte des stocks de morue, qui ont considérablement diminué. Nous n'avons pas eu le choix, les stocks de morue sont complètement dévastés. Des propositions ont été débattues par les ministres au sein du Conseil et ont été soutenues par l'ensemble des pays. J'ai rencontré des pêcheurs et des pêcheuses. Nous sommes encore ouverts à des discussions pour faciliter la mise en oeuvre des mesures prises ou adopter de nouvelles mesures qui pourraient avoir autant d'effets positifs que ce que préconisent les scientifiques et qui seraient plus faciles à mettre en oeuvre. L'objectif est de lutter contre la disparition de la morue.

Ce sont des décisions douloureuses pour les pêcheurs. Je sais qu'il y a aussi une augmentation du prix du carburant et beaucoup d'anxiété liée au Brexit et au changement climatique. Je suis prêt à travailler avec les pêcheurs pour trouver des solutions pour essayer d'impliquer peut-être le FEAMP, mais le principal objectif est d'inscrire ces stocks dans la durabilité. S'il n'y a pas de poissons, il n'y a pas de pêcheurs. Nous ne pouvons pas autoriser une disparition complète des stocks de morues. Les décisions qui ont été prises sur le fondement de rapports scientifiques ont été jugées comme les moins douloureuses.

En ce qui concerne les négociations sur le FEAMP, la Commission accueille positivement le début des négociations avec les États membres. Ce ne sera pas facile, mais la Commission est déterminée à trouver un accord le plus rapidement possible.

Je ne peux pas me prononcer sur le montant du FEAMP, puisqu'il n'a pas encore été arrêté. En tant que commissaire responsable du FEAMP, j'estime très important qu'il puisse être mis au service des pêcheurs et pêcheuses, afin de mettre pleinement en oeuvre la PCP, rendre le métier plus attractif pour les jeunes en améliorant la sécurité et les conditions de travail. Les négociations du FEAMP sont en cours, j'espère avoir la main sur l'ensemble des discussions politiques. Je suis optimiste quant à notre capacité à atteindre un accord crédible.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion