Intervention de Hubert Wulfranc

Séance en hémicycle du mercredi 26 février 2020 à 15h00
Système universel de retraite — Article 2

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaHubert Wulfranc :

Je poursuis ma démonstration relative à l'argument financier. Pour affirmer l'urgence financière, vous avez dégainé le dernier rapport du COR, le Conseil d'orientation des retraites, que vous aviez commandé de sorte qu'il couvre un horizon plus court qu'à l'ordinaire et que ses conclusions vous soient plus favorables. En dépit même d'un tel arrangement, l'argument ne prend pas. Le rapport du COR conclut en effet à un creusement du déficit d'ici à 2030, dans une fourchette assez large que j'ai rappelée tout à l'heure : entre 7 et 17 milliards d'euros. Ce déficit dépend fortement des conventions que l'on adopte s'agissant de l'évolution future de la contribution de l'État employeur au financement du système de retraite – point sur lequel vous avez été interrogés à plusieurs reprises.

Si l'on fait l'hypothèse raisonnable que la part du produit intérieur brut consacrée aux retraites devrait rester constante d'ici à 2030, les recettes globales du système de retraite devraient certes baisser, mais pour créer un déficit oscillant – entendez bien ! – entre 0,2 et 0,5 % du PIB en 2030, contre 0,1 % actuellement, une différence de l'ordre de l'épaisseur du trait qui justifierait de travailler aux recettes supplémentaires que nous avons suggéré à plusieurs reprises dans nos propositions de loi.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion